ALLEGORIA : Balade artistique à Chamarande

Sophie Christo.

L’œuvre monumentale de Philippe Pasqua vous cueille dès votre arrivée dans le domaine de Chamarande, d’une imposante beauté. La rétrospective de sa création artistique vous fait cheminer entre nature et architecture, entre sculptures gigantesques, collages et peintures.

 

Philippe Pasqua et ses Méduses galerie
Krystel Ann Art (c)

 

En découvrant son crâne gigantesque et parsemé de papillons, (brûlé la veille du vernissage) certains visiteurs peuvent avoir un mouvement de recul face à la noirceur de cette sculpture. Cependant à l’instar de Nicolas Boileau, nous ne pouvons-nous empêcher de reprendre ses fameux vers « Il n’est point de serpent ni de monstre odieux, qui par l’art imité ne puisse plaire aux yeux ».

 

Crâne et Papillons avant crémation galerie
Krystel Ann Art (c)

Encore quelques pas et nous voilà dans l’Orangerie du XVIIIème qui offre au regard du visiteur deux immenses portraits se faisant face tandis que trône au milieu de la pièce une vanité, leit motiv de l’artiste durant plusieurs années. Aujourd’hui, Philippe Pasqua a décidé de rompre avec ce sujet récurrent pour grand nombre d’artistes à un moment de leur œuvre. Ce changement est-il corrolaire à la naissance de ses enfants que nous découvrirons un peu plus loin dans une des salles du château du XVIIème siècle ?

Au fil de la visite, nous rencontrons dans les jardins une imposante tortue de mer piégée dans des filets de pêcheurs, puis dans la première salle du château nous sommes attirés par le chant des Méduses, dont le gigantisme s’oppose à la finesse et la transparence du matériau (verre) utilisé.

 

Le chant des Méduses galerie
Krystel Ann Art (c)

Continuons notre visite pour admirer les portraits de la famille de l’artiste. Collages et peinture montre une autre facette du travail accompli.

Orso galerie
Krystel Ann Art (c)

Dans une autre salle, un bébé du nom d’Orso daté de 2015 nous attendrit particulièrement par son sourire rieur. Il fait face à une autruche, posée dans un lit d’enfant et tenant en son bec…un préservatif. A chacun de décrypter le message…

 

Le pendant Masculin de l’origine du Monde de Gustave Courbet

Attention, âmes sensibles s’abstenir

La suite de la visite nous réserve une image très figurative de la virilité : Un sexe cramoisi s’impose à notre regard et nous renvoie en miroir l’Origine du Monde de Gustave Courbet.

Regagnons les jardins pour admirer l’œuvre phare de cette exposition : Le fameux requin d’acier à la gueule béante suspendu sur son gigantesque portant. (10 mètres de hauteur).

Une autre sculpture dégage une grande puissance métaphorique : Une jeune fille au visage déchiré sur la partie gauche, laisse apparaître une partie de son crâne. Lorsqu’on sait que le modèle est une enfant trisomique, la question de la symbolique est ici posée.

 

Enfant au visage déchiré galerie
Krystel Ann Art (c)

 

Un sculpteur hors des sentiers battus

Philippe Pasqua, petit neveu de l’homme politique, sculpteur et peintre français autodidacte âgé de 53 ans, profondément marqué par Francis Bacon et influencé par l’œuvre de Lucian Freud, bâtit son chemin artistique à travers  « une vision d’un monde aux personnages inquiets et inquiétants et aux visages marqué ou difformes », mais son travail est beaucoup plus large et laisse le champ à une imagination et une sensibilité exacerbées.

Une exposition à voir tout en profitant du parc de Chamarande qui ravira grands et petits.

 

Renseignements

http://chamarande.essonne.fr/categorie/expositions/

Exposition du 31 mai au 30 décembre, tous les jours dans le parc de 9 heures à 20 heures (horaires modifiés à partir d’octobre). Gratuit.

 

 

 

 

 

 

 

Merci par avance de votre soutien :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous êtes déjà des milliers à nous lire. Rejoignez nous sur nos nouvelles pages et aimez-nous !