Défi relevé au Marathon International de Marrakech

 

Habituellement disputé le dernier dimanche de janvier et repoussé exceptionnellement cette année au 15 mai puisqu’il n’a pas eu lieu en 2020 à cause de la pandémie mondiale, les organisateurs ont brillamment relevé le défi.

Quel esprit d’équipe ! Photo Dominique ROUDY (C)

 

Alors qu’un peu plus d’un mois avant l’événement rien n’était gagné à cause des contraintes sanitaires, les membres de l’association Le Grand Atlas, autour du Président le professeur Mohamed Knidiri, ont su se mobiliser et mettre les bouchées doubles afin que le marathon et le semi-marathon se déroulent tout comme les animations prévues la veille du jour « J ».


Place à la jeunesse

 

Si le point d’orgue c’est bel et bien le dimanche avec le marathon, mais également le semi-marathon, les animations qui, la veille, habillent ces deux courses sont très importantes aux yeux des organisateurs.

Il y a en premier lieu la course des enfants sur 3,5 km puisque, pour la première année, elle entre dans un programme de partenariat avec le ministère marocain de l’éducation nationale, du préscolaire et des sports afin que « les jeunes, explique Mohamed Knidiri, puissent rencontrer leurs idoles sportives nationales et internationales, mais surtout pour qu’ils prennent conscience, malgré leurs petits corps, des valeurs du sport, des efforts qu’il faut faire pour se surpasser et ce dans domaine du raisonnable ».

Dès le départ, les enfants s’en donnent à coeur joie – photo Dominique ROUDY (C)-

L’engouement était tel que les organisateurs ont bien eu des difficultés à contenir les 1 500 enfants tous prêts à en découdre dans les rues de Marrakech dans le périmètre du Village du Marathon situé dans le quartier de Guéliz.

Auparavant, les adultes avaient ouvert la voie lors de la course de Bienvenue sur 5 km. Pour certains coureurs du lendemain, c’était en quelque sorte un échauffement grandeur réelle. En prélude à ces deux courses, et dans le but de sensibiliser la population à l’importance de la protection de l’environnement, une course cycliste a également été organisée.

Une première là encore pour cette 32ème édition du Marathon International de Marrakech qui, le dimanche, coïncidait avec la « Journée sans voiture ».

 

Le Marathon est labellisé « World Athletics »


Premier événement sportif de la ville ocre et l’un des plus importants d’Afrique en nombre, le Marathon d’ International Marrakech, désormais labellisé par World Athetics (Fédération internationale), offre un parcours attractif et varié à travers la ville en passant par La Palmeraie et les quartiers de Guéliz et d’Hivernage.

Les coureurs inondent la chaussée – photo Dominique ROUDY (C) –

Dès 6 h 30, afin d’éviter la chaleur qui grimpe rapidement et qui n’est pas propice aux records à cette période de l’année, les marathoniens ont ouvert le parcours plat et rapide avec quelques faux plats montants. Une heure plus tard les semi-marathoniens ont emboîté le pas.

Sur l’ensemble des deux compétitions, près de 10 000 coureurs ont reçu la médaille officielle une fois après avoir franchi la ligne d’arrivée.


Rendez-vous en 2023

 

Même si le record de participants n’a pas été battu (environ 14 000 en 2019), l’équipe organisatrice a été à la hauteur de l’événement et pouvait avoir le sourire.

Cela fait maintenant plusieurs années que l’organisation est bien rodée à l’image de ce que l’on peut retrouver lors des plus grands marathons de la planète.

Nul doute que pour la 33ème édition – dimanche 29 janvier 2023 – et à un peu plus d’un an des Jeux olympiques de Paris en 2024, les « top runner » seront de nouveau de la partie aussi bien chez les hommes, que chez les femmes.


Les Marocains à la hauteur


Une concurrence qui n’effraie nullement les coureurs marocains qui, au fil des années, grappillent des places dans la hiérarchie mondiale.

D’ailleurs, côté record cette année, la palme revient à Fatima Ezzahra Gardadi puisque la Marocaine améliore le record de l’épreuve du marathon, les 42,195 km en en 2 h 24’59’’.

 

L’avis de Mohamed Knidiri, président de l’association Le Grand Atlas

Le Professeur Mohamed Knidiri, président le l’association Le Grand Atlas – photo Dominique ROUDY (C) –

 

 » Cette année, c’était très important que l’on organise le Marathon »

 

« Nous nous sommes lancé un défi et je dois reconnaître que je suis très satisfait. En dehors de l’organisation du marathon et du semi marathon, je tenais tout particulièrement à ce que les animations proposées au Village soient un succès et ce fut le cas.

Evénement convivial et fédérateur, nous voulons également œuvrer pour la planète dans une vaste campagne de sensibilisation de manière générale contre la pollution, mais aussi sur la raréfaction de l’air pur qui représente une menace pour l’homme, l’animal et les plantes.

On sait très bien que les hydrocarbures polluent l’air et attaquent aussi l’oxygénation de l’eau ce qui peut entraîner des conséquences néfastes directes sur la santé des citoyens à long terme ».

 

Reportage et photos à Marrakech (Maroc) de Dominique ROUDY

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

error

Vous êtes déjà des milliers à nous lire. Rejoignez nous sur nos nouvelles pages et aimez-nous !