Jeux Olympiques de Tokyo : La France 9éme? c’est la projection…

 


A un peu plus de cinq mois des JO d’été au Japon, Claude Onesta, manager de la Haute Performance au sein de l’Agence Nationale du Sport, estime que la France est « sur une courbe légèrement descendante ».

Même si les clignotants ne sont pas encore à l’orange, la réalité des résultats obtenus par les équipes et les athlètes français lors des derniers  championnats du monde dans les différentes disciplines olympiques, laissent les spécialistes perplexes alors que les Jeux Olympiques auront lieu à Paris en 2024.

Claude Onesta – photo Dominique ROUDY(c)

A deux pas du ministère des sports, Claude Onesta, a reçu la presse et, avant de parler des Jeux Olympiques, le manager de la Haute Performance a tenu à rappeler les actions d’accompagnement mis en place par l’ANS notamment pour renforcer la performance sportive dans la perspective des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris en 2024.

Mais avant Paris, il y aura Tokyo (24 juillet au 9 août 2020) et pour Claude Onesta il n’est pas question de pavoiser, la réalité dur terrain est là. En effet, la position de la France s’affaiblit depuis quelques années et la prévision de l’ANS voit la France se classer en 9ème position avec 10 médailles d’or, 9 d’argent et 18 de bronze, soit un total de 37. « On se situe, explique Onesta, dans une fourchette entre 35 à 42 médailles, malgré… 38 podiums de plus… ».

Les calculs vont bon train

Un classement réalisé par l’ANS au regard des résultats lors de la dernière édition des Championnats du Monde (ou ranking) de chaque discipline dans les épreuves olympiques inscrites au programme de Tokyo. Si les Etats-Unis semblent creuser l’écart en tête du classement des nations, la Chine et la Russie devront se méfier des Japonais car le pays hôte, très en vue en 2019, multiplie les efforts pour faire bonne figure face à son public. Juste derrière l’Australie (10ème en 2016), les Pays-Bas (11ème en 2016) et les Britanniques (en léger recul) batailleront pour être dans le « Top 5 », sans oublier les Allemands qui tous devancent la France.

En ce qui concerne les nouveaux sports additionnels : baseball, softball, escalade, karaté, skateboard, auxquels il faut ajouter deux épreuves de basket 3X3 et autant de BMX freestyle, la France devrait s’illustrer avec une médaille en basket et en karaté.

Conscients que ce n’est pas en quinze mois (l’Agence a été créée le 24 avril 2019) que les problèmes de préparation seront résolus, les techniciens de l’Agence Nationale du Sport ont avant tout cherché à agir sur les athlètes potentiellement médaillables.

Faire évoluer le modèle sportif français

Mais c’est surtout après Tokyo dans l’objectif de Paris 2024 que l’ANS multipliera ses efforts de mobilisation dans le but de faire évoluer le modèle sportif français. « Je peux vous garantir que la transformation tournera à plein régime après Tokyo notamment en étant, par exemple, plus près des athlètes et plus exigeant en les accompagnant et en leur donnant des outils car je me rends bien compte que la concurrence travaille mieux qu’auparavant. On va expliquer aux athlètes français comment faire pour passer la dernière étape. De la 8ème place au podium et du bronze à l’or. Il ne faut pas être grand pour remporter une médaille, mais être très grand ».

En ce qui concerne les paralympiques, l’ANS voit très bien la France être sur les mêmes bases qu’à Rio, soit une quinzième place, mais avec un nombre supérieur de médailles (de 28 à Rio à 32 à Tokyo avec neuf titres).

La Maison de la Performance à Tokyo

Afin de mettre les athlètes français dans les meilleures dispositions une fois qu’ils sont dans la pression du village olympique et avant d’aborder la compétition, l’Agence Nationale du Sport a décidé, à l’instar de ce que font les meilleures nations comme les Etats-Unis, d’installer pendant la quinzaine olympique au Japon la Maison de la Performance. « A une quinzaine de minutes du village olympique, ajoute Onesta, nous avons voulu mettre en place une sorte de bulle pour que les athlètes et leur coach puissent s’extraire et trouver un endroit pour se préparer, récupérer et même s’entraîner ».

Et si cette Maison de la Performance à Tokyo pouvait permettre à la France de conserver son rang : 7ème à Londres en 2012 et Rio en 2016, voir plus haut, on serait tout simplement heureux, à quatre ans des Jeux Olympiques de Paris en 2024…

Merci par avance de votre soutien :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous êtes déjà des milliers à nous lire. Rejoignez nous sur nos nouvelles pages et aimez-nous !