Kobe Bryant : plus haut, plus fort, plus grand…

Image de présentation : NBA Champion Los Angeles Lakers with President Obama.

Les alertes fusent de toutes parts en cette fin de journée de dimanche 26 janvier 2020. Et le coup est terrible ! L’annonce du décès du basketteur américain Kobe Bryant, 41 ans, rend tout le monde KO et même bien au-delà de toute la famille de la NBA et du peuple américain.

Kobe Bryant photo Mark-Ralston-afp


Je suis au dîner officiel du Marathon International de Marrakech au Maroc en compagnie du noyau dur de l’organisation de cet événement et des athlètes médaillés invités, et lorsque la nouvelle tombe tout le monde se regarde, personne ne parle. Autour de la table le recueillement est total et chacun cherche ses mots. D’autant que, deux minutes plus tôt, l’un des convives venait de me confier qu’il était en train de mettre en place le basket 3X3 au Maroc et que l’impact de la NBA était important…


Copyright by Steve Lipofsky Basketballphoto.com


20 ans de fidélité aux Lakers de Los Angeles

C’est le moment de se rappeler qui était Kobe Bryant et tout ce que ce géant des Lakers de Los Angeles, phénomène de précocité et de compétitivité, a apporté à son club, à son sport lui le natif de Philadelphie resté fidèle pendant 20 ans (1996 à 2016) au club californien.

Flanqué du numéro 24 sur le légendaire maillot jaune, cet athlète hors du commun, tant sur le terrain, qu’en dehors des parquets, est cinq fois vainqueur de la NBA (2000, 2001, 2002, 2009, et 2010), deux fois MVP des finales NBA en 2009 et 2010 et a été 18 fois sélectionné au All-Star Game.

Avec le team USA, l’arrière Kobe Bryant a été double champion olympique en 2008 en Chine et en 2012 en Angleterre. D’ailleurs, je me rappelle d’un des grands moments de ma carrière de journaliste de sport où, lors des Jeux Olympiques de Pékin, en compagnie des mes camarades des sports de Canal + et de mes confrères de L’Equipe, on assiste depuis la tribune de presse à une excellente empoignade, au bon sens du terme, entre le super héros américain Kobe Bryant et l’icône nationale chinoise Yao Ming. Les dunks claquent bien et pour le public, – dont le président américain George W. Bush -, qui demande du « show », c’est gagné.


Le sport rassemble les peuples

25 ans plus tôt, le 1er mai 1994, à Cazaubon-Barbotan dans le Gers, autour d’un plan d’eau à l’occasion des championnats de France d’aviron, j’apprenais le décès du pilote brésilien Ayrton Senna suite à un accident lors du Grand Prix de Saint Marin à Imola en Italie.

Là encore, la grande famille du sport avait retenu son souffle…Comme quoi le sport, acteur numéro un pour rassembler les peuples, sait également les faire pleurer de joie et de tristesse.
Ambassadeur incontournable du basket mondial, mais pas que… Kobe Bryant, décédé avec cinq personnes, dont Gianna, sa fille de 13 ans, dans un accident d’hélicoptère en Californie, à Calabasas, à l’ouest de Los Angeles, restera, à jamais dans mon esprit, avec cette image d’un athlète « super star » qui voulait toujours aller plus haut, parce qu’il était plus grand et plus fort que tous…

Merci par avance de votre soutien :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous êtes déjà des milliers à nous lire. Rejoignez nous sur nos nouvelles pages et aimez-nous !