On ne vit que deux fois !!!

 

Rencontre avec un être d’exception, au destin tracé, atypique et captivant…Denis Deltenre (Belgique, Forchies-La-Marche, Province du Hainaut)

A l’aube de sa vie, lorsqu’il part en vacances sur la Côte Belge avec ses parents, Denis aime fouiller les bancs d’algues sur les plages et y découvrir de petits trésors échoués des fonds marins.

C’est ainsi qu’un jour, il fait l’heureuse découverte d’un squelette d’Hippocampe. Il est subjugué.

Cet épisode marquant est une révélation, un élément déclencheur dans sa vie !

Il comprend que quelque chose de différent et d’indescriptible l’anime et prend de plus en plus goût à découvrir des choses atypiques.

Enfance curieuse et inventive

A l’âge de 7-8 ans, il découvre un crâne de renard au bord d’une route.

crâne d Autruche (Montage à la Beauchêne dit « éclaté »).(c)Denis Deltendre

Il tente de recoller les dents de l’animal.

Ses parents s’interrogent sur cette démarche un peu spéciale mais laissent faire leur fils bien-aimé.

Un peu plus tard, en balade pédestre, lors d’un week-end « Scout », Denis cueille ce mystérieux champignon appelé « Vesse de loup »  et le ramène dans son sac à dos.

Il trouve aussi beaucoup de plaisir à observer les animaux en tout genre (à commencer par les grenouilles)….

Adolescent, il s’intéresse à l’univers des brocanteurs et commence une collection de crânes qu’il achète chez certains d’entre eux. Il les accroche aux murs de sa chambre.

Il se dit qu’il va essayer de les nettoyer lui-même

Pour parfaire sa technique, il s’entraîne sur des ossements divers trouvés en forêt ou ailleurs.

Sa collection prend de l’ampleur. Il décide d’en vendre sur internet pour s’en défaire petit à petit et finit par s’intéresser aux squelettes entiers.

Rencontre choc

En 2017 il fait la connaissance d’un amateur d’art, chineur et agent immobilier dont l’agence est implantée dans le bâtiment de la célèbre et reconnue salle des ventes Rops de Namur (Monsieur Amaury Du Jardin) et de son ami taxidermiste (Monsieur Pierre-Yves Renkin ), deux personnalités belges.

Denis avait lu l’un des livres de Pierre-Yves et savait donc qui il était et à qui il avait à faire. Une pointure dans le monde de la taxidermie !

L’enthousiasme de Denis ne fait que grandir.

N’écoutant que son courage et son envie folle d’évoluer et de découvrir de nouvelles choses, il propose au taxidermiste de lui offrir un tatou acheté dans un vide-grenier, en échange de cours.

Ce dernier accepte, ce qui se révèle être une opportunité exceptionnelle pour Denis sachant que le milieu de la taxidermie est un milieu très fermé à cause entre autre, du problème de la concurrence et du peu de formations accessibles.

Résurrection de l’âme

La taxidermie est un art qui consiste à redonner une apparence extraordinairement vivante et naturelle à un animal mort, donnant l’impression que son âme l’anime toujours.

Parvenir à donner l’illusion de la vie, voilà en quoi consiste l’art de la taxidermie !

 

Pour se faire, on ne conserve que la peau de l’animal, ses ongles, ses sabots , ses bois, ses cornes ou ses plumes.

 

Chez le taxidermiste australien (c)Denis Deltendre

Cela passe par le dépouillage de celui-ci (enlèvement des viscères et de la chair), le tannage et le nettoyage de sa peau,…

Vient ensuite l’étape de la reconstruction ou adaptation du squelette dans une certaine posture ce qui donne l’impression que l’animal se retrouve figé dans l’immobilisme et le silence.

Les formes de l’animal sont rendues à l’aide d’une armature en utilisant les techniques de bourrage, de modelage, de moulage et de la sculpture.

La peau est enduite et protégée de produits chimiques puis réenfilée autour du squelette.

Certaines parties des corps ne peuvent être conservées tels que les yeux, la langue, le museau,….. Des accessoires sont alors ajouter pour les remplacer (billes de verre et autres artifices)

La première expérience de Denis avec Pierre-Yves Renkin , porte sur l’empaillage d’un oiseau.

La technique lui semble assez simple et l’envie d’en découvrir d’avantage le taraude.

Tout ce qu’il découvre chez son nouvel ami, le fascine et lui plait.

Le taxidermiste lui propose ensuite de l’aider à déménager son atelier dans sa nouvelle demeure, en France.

A cette occasion, Denis découvre et manipule des objets en tout genre, des moulages, diverses matières,…

Tout cet univers lui « parle ». Il le comprend.

Passion sans limites

Tout en continuant à nettoyer des crânes, il n’en finit pas d’apprendre, d’évoluer et de découvrir de nouvelles techniques de manière autodidacte ou au fil des rencontres.

La plastination par exemple, technique complexe qui consiste à remplacer les fluides du corps par de la résine (Voir Musée Body World d’Amsterdam).

La taxidermie est devenue une passion pour Denis qui exerce en parallèle son métier d’éducateur dans un service résidentiel pour personnes adultes autistes.

Ce travail, il l’exerce depuis 10 ans et ressent des envies d’ailleurs, le rend avide d’expérimentations nouvelles…

Il décide de prendre des vacances prolongées et part en AUSTRALIE.

Il quitte la BELGIQUE en 2019 et entame son périple d’un an.

Ficelles du métier, rencontres providentielles

Il débarque à Sydney et rencontre par hasard, un taxidermiste implanté à 15 minutes de son logement qui lui enseigne toutes les ficelles du métier.

Denis Deltendre devant le Musée de Sydney Veterinary Uni (Australie) (c)Edwina H.

Denis travaille avec lui durant 2ou 3 mois  alors qu’en temps normal il ne propose que des cours payants d’une semaine. Logé gratuitement chez ce professeur providentiel, il l’aide en contre partie dans son travail ce qui lui permet d’apprendre sur le tas.

Il apprend dans un premier temps comment monter une taxidermie de daim et en parallèle, découvre le « Corrosion Casting », technique qui consiste à injecter un cœur pour voir le système sanguin en résine.

Une autre rencontre miraculeuse se fait avec un prosecteur (technicien en anatomie qui prépare les corps pour les dissections dans une université de médecine). Il s’agit ici d’un « ponte » travaillant comme responsable manager des opérations techniques à la faculté vétérinaire de Sydney.

Denis, toujours guidé par sa bonne étoile, lui propose de travailler pour lui en tant que bénévole.

C’est accepté. Il travaille donc à ses côtés durant 1 mois.

Il découvre le métier peu connu et aux aspects quelque peu« flippants » de prosecteur.

montage osteologique d un hémi crâne humain(c)Denis Deltendre

C’est en travaillant sur une jambe de porc, qu’il se dit… je veux exercer ce job !!!!

Il sait qu’il est fait pour ce métier !

A son retour au pays, il démitionne de son ancien poste et se lance dans la création d’une petite entreprise de taxidermie, ostéologie (étude et travail des crânes) et décoration d’intérieur. Il s’agit d’une activité complémentaire au travail de prosecteur qu’il trouve en parallèle dans une université de Bruxelles.

Ce que veut Denis, à travers la taxidermie, c’est que ses animaux aient l’air vivants malgré leur inéluctable mort !

Poésie du « macabre »

Alors que certains considèrent cette pratique comme pudibonde, ringarde ou dégoûtante, Denis y voit plutôt une manière de célébrer une seconde vie et de sublimer le « macabre ».

Il la pratique dans le respect avec toute la patience et la rigueur que cela nécessite alliant minutie, dextérité, sens de l’observation, créativité, polyvalence en tenant compte des législations en vigueur qui interdisent d’acheter ou de vendre certains spécimens protégés.

Denis travaille également en collaboration avec des Musées, des vétérinaires

Denis est sur la route de l’accomplissement de soi. Il remercie le ciel de la chance qui l’accompagne depuis toujours.

Il envisage à court ou moyen terme de créer une école de taxidermie.

Pratique

Si la passion de Denis pour la taxidermie vous anime aussi, si vous avez un projet artistique en tête et que vous souhaitez le voir prendre vie, retrouvez le sur sa toute nouvelle page Facebook : Skins & Bones Taxidermie ou envoyez lui un message via son adresse e mail : ddltnr@hotmail.com

Son numéro de téléphone portable est le suivant : +32455106200

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

error

Vous êtes déjà des milliers à nous lire. Rejoignez nous sur nos nouvelles pages et aimez-nous !