Itinéraire d’une Ardèche gâtée

Ce département connu pour sa nature généreuse, l’est moins pour sa culture. Et pourtant, il est très engagé dans une politique culturelle. Derrière ses collines sans fard, entre thermalisme et vignes, l’Ardèche qui prend le temps de vivre, prend aussi celui d’apprendre et de comprendre. Sans être perchée, la culture qu’on y découvre brosse les contours d’univers aussi divers que pointus, entre docus, cirque, art aborigène ou papou.

©CG

EN PISTE A « LA CASCADE »

 La France est un des rares pays avec la Belgique où le cirque dépend de la culture. Avant Giscard d’Estaing,  il dépendait du ministère de l’agriculture. Étonnant, mais vrai, sa structure beaucoup plus récente que le théâtre, a longtemps appartenu à des familles circassiennes. Il faudra  attendre la naissance de la Compagnie du cirque Plume pour sortir du cercle familial.  A la fois résidence d’artistes, de créations, de formations, d’initiations, de stages de professionnalisation, d’expérimentation…  la Cascade est l’un des 3 lieux de ce type à exister en France.

La Cascade ©CG

Ce pôle des arts du cirque en Rhône-Alpe, est le fruit d’une rencontre entre une compagnie de cirque « Les nouveaux nés »,  et des politiques. Il se déploie dans les locaux de l’ancienne école Saint-Joseph à Bourg Saint-Andéol, offrant de larges espaces de travail aux artistes et met également à leur disposition un grand parc. Une salle de représentation a aussi été créée ; à l’extérieur, un espace chapiteau est également utilisable, sans compter le site magique de Tourne, juste en contrebas de la maison des arts du cirque, qui peut à l’occasion servir de décor naturel inoubliable. En moyenne 260 artistes de toutes nationalités différentes passent ici chaque année. Outre les animations locales et départementales, la commune dispense des ateliers en juillet pour les enfants et parents, au moment du festival d’Alba la romaine. La Cascade travaille également avec les épileptiques comme avec les personnes en situation d’autres handicaps. Son implantation a suscité quelques vocations, le collège a développé une option cirque et  des enfants de Bourg San Andeol ont intégré des écoles du cirque. Aujourd’hui la commune bouillonne entre nouveaux lieux et nouveaux projets !

©CG

AVEN D’ORGNAC

Outre la grotte bien connue, et le musée de la préhistoire très prisé des familles ne ratez pas l’immersion dans le monde méconnu des papous grâce à l’exposition temporaire « Bijoux, cailloux, Papous…Des préhistoriens en Nouvelle-Guinée », visible jusqu’au 15 novembre 2022.

Art papou ©CG

« L’observation des Papous incite l’homme occidental du XXIème siècle à la modestie. Bien que les outillages et les techniques puissent nous paraître simple, ces populations que l’on qualifie de « primitives » montrent en fait des fonctionnements compliqués où les échanges prennent le pas sur les nécessités économiques. Leur culture orale, soutenue par des myhes  et des croyances originales sur le monde des Puissances surnaturelles et des hommes témoigne d’une riche réflexion métaphysique. Ces observations ouvrent notre esprit sur la complexité des sociétés préhistoriques. » Qu’on se le tienne pour dit, intitulé « Une leçon d’humilité » ce panneau explicatif, met, en guise de préambule à l’exposition,  les points sur les i, et les hic, de notre connaissance ou plutôt de notre ignorance, et de nos préjugés d’occidentaux sur ces sociétés pas si primitives que ça. On le doit à Anne Marie et Pierre Pétrequin, un couple d’ archéologues engagés dans la vraie vie contrairement à leurs collègues qui se mettent souvent hors sol. Ces deux là  sont du genre à mettre les mains dans le cambouis, loin des discours pontifiants et formatés des spécialistes du genre.

Descente en rappel ©CG

 CHÄTEAU DE VOGÜE

Château de Vogüé (c)CG

L’art Aborigène est à l’honneur au château de Vogüé jusqu’au 1er novembre 2021 avec « L’Art des aborigènes d’Australie ». L’art des Aborigènes, bien antérieur aux fresques d’Altamira, de Lascaux ou de la grotte Chauvet, reste une vigie de cette culture multi millénaire. Méconnu jusque dans les années soixante, ce mouvement artistique majeur trône aujourd’hui en bonne place dans les grands musées comme le Quai Branly. Cette exposition réunit une centaine d’œuvres issues de peintres aborigènes contemporains. Elle s’inscrit dans le cadre de la saison Australia now. L’occasion de découvrir un art beaucoup moins abstrait et bien plus universel qu’il n’y paraît.

Art des aborigènes d’Australie © CG

A une encablure d’Aubenas Lussas, et ses Etats généraux du film documentaire – la crème du documentaire –

C’est dans l’ ambiance conviviale et participative, d’un village de 1000 âmes que se déroulent chaque été, fin août, ces Etats généraux du film documentaire. Initiés en 1989 par Jean Marie Barbe, réalisateur et fils de l’épicière, la  Bande à Lumière et l’association Ardèche Images, elle même fondée en 1979. Son succès et sa singularité s’appuient sur une programmation riche (130 documentaires), éclectique et en phase avec les grandes questions de société. Le Festival aborde  des domaines variés comme la politique, l’économie ou l’agriculture.

C’est aussi l’occasion pour les professionnels pendant cette semaine d’engager des rencontres, des actions et rendez-vous tout au long de l’année. Et pour le grand public la possibilité de voir des films qui ne passent pas à la télévision et trop rapidement en salle de cinéma. Sur place, on trouve ; une école de cinéma documentaire, une société de production, de distribution…hébergées désormais dans un nouveau lieu L’IMAGINAÏRE où travaillent une cinquantaine de salariés. Avec ses salles de montage,  son centre de ressources de 18000 films, (le plus grand centre de ressources au monde) son école du documentaire qui forme producteurs et réalisateurs, le festival est devenu un pôle incontournable en la matière. Dernière belle aventure :  la création d’une plateforme sur internet TENK  baptisé le Netflix du documentaire d’auteur ou de création.(sur abonnement), une belle occasion de visionner des documentaires rares ou plus connus. Tenk signifie en wolof, une langue d’Afrique de l’ouest « énoncer une pensée de façon claire et précise ». Le festival est soutenu par des partenaires publics et privés : Région Ile–de-France, Ministère de l’Enseignement supérieur, Métropole du Grand Paris… et de nombreux partenaires médias comme France Télévisions. 

 

Spa Séquoïa de Vals-les-Bains





Après l’effort culturel, le réconfort sensoriel au tout nouveau, tout beau spa Séquoïa des thermes de Vals les Bains. Station réputée pour soigner le diabète, la référence en la matière, elle s’est dotée d’un superbe espace Bien-être de 1500m2, qui n’a rien à envier à la concurrence nationale.

©S.Tripot-ADT07
 

Situé  à l’étage des thermes de Vals-les-Bains son architecture ultra design avec son plafond en bois naturel rappelle la beauté des forêts ardéchoises. Entrer dans l’univers végétal du Séquoia Redwood, c’est aussi profiter d’un parcours sensoriel avec 1 piscine intérieure en 14 étapes plus si on veut un des soins exclusifs, dispensés dans l’une des 17 cabines avec une gamme de cosmétiques développée sur place. Ajoutez à cela la vertu des eaux (143 sources) de Vals découvertes au 17 ème siècle qui étaient déjà portées à la cour de Versailles, la gentillesse et le savoir-faire du personnel, et vous comprendrez qu’on ressort comme un coq en pâte d’un tel passage.

©S.Tripot-ADT07

Pratique :

Se renseigner :

www.ardeche-guide.com

Où dormir, siroter un bon vin et se régaler à Vallon-Pont-d’Arc?

Domaine Walbaum : Niché  au cœur des vignes du domaine familial, l’ancienne maison palladienne inscrit une nouvelle escale de charme arty et cosy à Vallon Pont d’Arc. Toute l’écriture architecturale de cet hôtel ****  ouvert en juillet dernier, s’attache à restaurer le charme du site et privilégie la tranquillité.

©CG

Dans cette succession d’espaces aérés, pleins de fluidité, traversés de lumières naturelles se déploient différentes ambiances à la fois intimes  avec les meubles anciens, les lustres de famille et authentiques avec la pierre de Ruoms, la cheminée, les caves voûtées et un magnifique escalier. La table et sa jeune chef, comme les vins sont assortis à l’esprit des lieux : pleins de promesses. Le  propriétaire et vigneron Ludovic Walbaum, propose d’agrémenter votre séjour par des expériences viticoles aussi créatives que cet  apéro-canopé, (dégustations perchées au sommet d’un arbre ) le « Wine & Yoga » (séance de yoga  au cœur des vignes suivie par une dégustation de vins), ou encore la Descente Vigneronne des Gorges de l’Ardèche, au petit matin, avec   casse-croûte vigneron, dégustation de vins et de produits ardéchois. Mais on  peut aussi se  contenter d’embarquer en canoë de la plage aménagée sur les berges du domaine pour une descente des Gorges. https://domainewalbaum.com

Vals les Bains :

Hôtel « Grand Hôtel de Lyon » : situé au cœur du quartier thermal de Vals les Bains,  à deux pas des parcs, de la forêt et de l’établissement thermal.

Thermes de Vals les Bains 15, avenue Paul Ribeyre 07600 Vals les Bains Tél : 04 75 37 46 68 www.thermesdevals.com Grand Hôtel de Lyon 11 avenue Paul Ribeyre 07600 Vals Les Bains Tél : 04 75 37 43 70 www.grandhoteldelyon.fr

Château de Vogüé 2, impasse des marronniers 07200 Vogüé Tél : 04 75 37 01 95 www.chateaudevogue.net

La Cascade www.lacascade.org

Aven d’Orgnac : www.orgnac.com

Ardèche Images : www.lussasvillagedocumentaire.org

Merci par avance de votre soutien :

Martine GUILCHER

JOURNALISTE PRINT ET WEB (Carte de presse n° 62050) Elle aime les doubles casquettes et les doubles expertises : 25 ans dans les domaines du Voyage, de l’Art de vivre et du Bien-être 10 ans dans le domaine de la psychologie, l’éducation et la consommation Elle aime surtout découvrir l’ici et l’ailleurs d’où sa spécialité dans le tourisme en France comme à l’étranger depuis un quart de siècle. Et ce n’est pas fini, après avoir multiplié les collaborations ; Femme actuelle, Notre Temps, Rebondir, Avantages, Grands Reportages, Télé Loisirs, France Soir etc, elle a été responsable pendant 9 ans de la rubrique « Carnets de Route » du Moci (Moniteur du Commerce International) et géré pendant 7 ans les rubriques Tendances Voyages du magazine Newzy, puis s’est expatriée au Maroc où elle a été responsable des pages « Tendance » Voyage, déco, gastronomie de l’hebdomadaire actuel. Depuis son retour, elle poursuit l’aventure avec Prestige ‘S , Gault&Millau et …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *