Les JO à Paris : en 2024 ou en 2028 ?

C’est pour aujourd’hui : 2024, ou pour demain : 2028, les Jeux Olympiques et Paralympiques à Paris et en Ile-de France ? A l’heure où le comité de candidature de Paris 2024 ne cesse de sillonner les quatre coins de la France et même de la planète pour faire connaître le projet et essayer d’être suivi dans la quête du graal, voilà que le CIO, par l’intermédiaire de son président Thomas Bach a ouvert la porte le 17 mars dernier à un possible nouveau système d’attribution des Jeux Olympiques : attribution simultanée des Jeux de 2024 et 2028.

Il est vrai que du côté des instances du CIO (Comité International Olympique), on se rend bien compte que les villes ne se précipitent pas pour demander des dossiers de candidature tellement les coûts sont exorbitants.

Les hauts dirigeants olympiques ont du se dire : comme il n’y a plus que deux candidats sous la main puisque successivement Hambourg, Budapest et Rome ont renoncé, alors essayons de satisfaire tout le monde. Paris et Los Angeles, mais également le CIO, et on verra bien de quoi sera fait l’avenir olympique…

 

      Paris – Los Angeles : et si ça se jouait hors du terrain !

 

Alors 2024 ou 2028 ? Vu de France, le dossier de candidature présenté principalement par Tony Estanguet, triple champion olympique de canoë, a fière allure tant du côté des installations, que du côté financier, mais ce ne sont pas les Français qui votent.

De l’étranger, les regards sont différents. Face à vous, c’est oui, et une fois l’heure de lâcher le précieux bulletin dans l’urne, on retourne sa veste, comme en politique. Et là, tous les coups sont permis pourvu que l’on y trouve un intérêt personnel.

Restons sur le volet extra sportif pour constater quand même que Los Angeles joue avec le CIO sur l’aspect financier. Non pas sur le coût de l’organisation des JO, mais sur le fait que le « Top 10 » des partenaires du CIO est, en majorité, constitué d’entreprises américaines. Business is business et fort est de reconnaître que si du côté de Lausanne on se laisse influencer par l’aspect financier, c’est le sport dans sa globalité qui sortira perdant. Mais je n’ose un seul instant y penser…

 

              Paris marque des points

 

Mais faisons abstraction de tous ces paramètres et ce serait somme toute logique que, 100 ans après, la France décroche les Jeux en 2024. En mettant les sportifs en avant, Paris a pris conscience des erreurs de 2012 et est actuellement plus que jamais en position de force. Il faut maintenant que le soutien populaire soit de plus en plus fort et là, on peut faire confiance au judoka Teddy Riner, ambassadeur par excellence, pour faire monter la pression d’ici septembre.
De Paris à Lausanne, et bien plus loin encore il faut que Paris se fasse entendre comme ce fut le cas ces derniers jours à Aarhus au Danemark où devant les participants de la convention SportAccord (équivalent de Davos pour le sport) les Français ont franchi un pas lors de ce grand oral.

Sur cette lancée, Paris doit intensifier sa campagne ne serait-ce que pour impressionner les membres du CIO en visite d’évaluation dans la capitale du 10 au 12 mai, puis à Lausanne les 11 et 12 juillet pour le dernier examen de passage avant que les membres du CIO ne fassent leur choix le mercredi 13 septembre à Lima au Pérou.

Sincèrement, la France n’a jamais été aussi proche d’être ville olympique en 2024 si, si… et même si c’est en 2028 on ne déclarera pas forfait. Après tout en cette période du tout et n’importe quoi, vous voyez ce que je veux dire, on ne serait pas à une surprise près avec les votants du CIO…

Merci par avance de votre soutien :

36 pensées sur “Les JO à Paris : en 2024 ou en 2028 ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *