La rentrée… mais pas comme avant !

L’année 2019, pardon l’année Covid-19, restera, à jamais, gravée dans nos mémoires. Mais que nous réserve l’année 2020 ?

Photo DR

Une fois le déconfinement prononcé nombreux sont ceux qui n’avaient plus que le mot « vacances » en tête persuadés que le virus avait pris la poudre d’escampette.

Erreur, cet agent infectieux est toujours bien présent. Mieux même, le nombre de cas confirmés est en constante augmentation, histoire de nous montrer clairement que la prochaine rentrée ne sera pas comme les autres.

Il faut vivre avec…

Avant que le vaccin puisse être administré,il faut obtenir le feu vert de l’OMS… Mais d’ici là, la

Paris dans le viseur/ CHdeC

rentrée approche à grands pas, alors n’oubliez pas votre masque, les gestes barrières, et… de vous informer car, de jour en jour, votre champ d’actions se réduit. Dernièrement, les Anglais ont imposé une quatorzaine pour ceux qui arrivent de France, et maintenant c’est au tour des Allemands de placer sur la liste rouge les régions Ile-de-France et Provence-Alpes-Côte d’Azur.

Aujourd’hui, c’est déjà la rentrée et tandis que le Conseil de défense prévoit de l’organiser dans les meilleures conditions possibles avec des règles claires pour permettre à chacun de reprendre en confiance, quid du plan de relance pour la reconstruction économique, écologique et sociale de notre pays ?

Le tourisme et l’événementiel souffrent

Force est de constater que certains secteurs ne voient pas l’avenir en rose… Dans le milieu du tourisme, celui qui nous impacte directement car c’est le cœur de cible de notre lectorat, certains établissements n’ont pas eu les reins assez solides pour se redresser aussitôt le confinement levé, d’autres ont mis un point d’honneur à résister coûte que coûte, – histoire de faire bonne mine durant l’été, même si le soleil n’a pas brillé tous les jours -, dans l’espoir que les nouvelles règles de la rentrée ne les pénaliseraient pas de nouveau car là, pour de bon, ils ne s’en relèveraient pas.
Alors, lorsque l’on parle dans les Bouches-du-Rhône de
reconfinement partiel, de règlementation des horaires qui toucherait la restauration et les débits de boisson, voilà un secteur qui n’est pas prêt de sortir la tête de l’eau !

Photo CJ

Lié au tourisme, le secteur de l’événementiel est aussi durement touché. L’annulation ou le report d’ événements de l’été, par exemple le Festival d’Avignon, les salons ou encore les concerts programmés notamment au Stade de France à Saint-Denis, des rencontres sportives, qui n’ont pu se dérouler et qui, aujourd’hui, se disputent tant bien que mal avec une jauge réduite de 5 000 spectateurs, impactent tout un secteur en péril et la rentrée ne rime pas forcément avec « espoir » car personne ne veut s’engager.
Il va falloir vivre avec la Covid-19, au mieux jusqu’à la fin de l’année… 20, avec l’espoir d’être
vacciné en 2021. Mais d’ici-là de nouveaux concepts apparaîtront pour une vie pas comme avant…
A quelques heures du coup d’envoi de la rentrée scolaire, et alors que nos petites têtes blondes sont en train de mettre bien en ordre crayons, cahiers et livres dans leur cartable, cette génération montante va être confrontée, comme les adultes, aux effets de cette pandémie puisqu’on va leur demander de vivre autrement à partir de maintenant.

Elèves du district de Grand Rapids (US) cours 100% on line/ Photo A.P


Il faut y croire pour… faire du sport

Quant au milieu du sport, un domaine qui me tient tout particulièrement à cœur, on est également dans la même lignée que précédemment avec un
horizon qui est loin de s’éclaircir.
Dans le sport on a beau être habitué à
se battre, à se surpasser, à aller de l’avant, dès à présent il faut que les associations soient fortes pour accueillir de la meilleure manière qui soit les sportifs pour, ensemble, combattre ainsi avec brio le handicap que représente cette pandémie.

Et je ne vous parle pas des Jeux Olympiques qui devaient avoir lieu durant l’été à Tokyo et qui sont reportés en 2021, du 23 juillet au 8 août. Il faut être sportif pour y croire car même si je reste persuadé que l’on sortira vainqueur du Covid-19, je ne vois pas d’un bon œil la tenue des JO en 2021 au Japon. Il faudra attendre 2024 à Paris

Merci par avance de votre soutien :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous êtes déjà des milliers à nous lire. Rejoignez nous sur nos nouvelles pages et aimez-nous !