Le Baiser confisqué de Brancusi

Blottie au fond du cimetière du Montparnasse, à l’abri des regards, face au mur, repose la dépouille de Tatiana Rachewskaïa, morte d’avoir trop aimé. Sur sa tombe s’élève la fameuse sculpture de Brancusi : « Le Baiser ». Un baiser aujourd’hui confiné dans un coffrage de bois et au coeur d’un litige juridico-financier.

Tatiana face à son destin

Nous sommes en 1910. Tatiana, jeune anarchiste ukrainienne en rupture familiale, arrive à Paris pour poursuivre ses études de médecine. Elle rencontre alors un médecin d’origine roumaine, Salomon Marbais, de l’Institut Pasteur qui devient son amant. Mais la romance tourne court. Tatiana est retrouvée pendue dans sa chambre. Elle n’a que 23 ans.

Photo Christine Jonemann(c)

 

Un baiser en hommage

La mère de Tatiana désire lui rendre hommage. Une sculpture de Brancusi,

Le Baiser/cimetière du Montparnasse/sculpt Brancousi/Photo Leo Reynolds/Flickr

jeune artiste encore méconnu, est proposée à l’initiative de son ami Salomon Marbais. Contre un billet de 200 francs, le sculpteur offre à la jeune fille une oeuvre qui immortalise l’amour passionné :  « le Baiser ». Il s’agit d’un monolithe dans lequel deux amants s’enlacent. 

Rififi pour un baiser

Qui aurait pu imaginer que cet innocent baiser déclancherait une bataille juridique où l’appât du gain prendrait le pas sur l’Art?

Si durant plus d’un siècle la tombe de la jeune exilée est passée quasiment inaperçue, hormis pour les amoureux avides de romantisme, venant se recueillir devant « le Baiser », elle fait depuis 2005 l’objet d’une attention toute particulière de la part des descendants de Tatiana. En effet, suite à la vente à New York chez Christie’s le 4 mai 2005 d’un marbre de Brancousi intitulé « l’Oiseau dans l’espace », vendue 27,5millions de dollars, le marchand d’art Guillaume Duhamel les informe de la valeur inestimable des oeuvres de l’artiste. Et depuis, la cote de Brancusi ne cesse de grimper. « Le Baiser » est estimé aujourd’hui à minima à 50 millions d’euros. Il n’en faut pas plus pour aiguiser l’appétit financier de la famille qui souhaite vendre « le Baiser » aux enchères. Depuis, une bataille juridique sans merci se livre entre la famille et l’Etat français. 

Le baiser interdit

« le Baiser » de Brancusi enfermé /Christine Jonemann(c)

La bataille dure depuis 10 ans entre l’Etat et la famille… Il semblerait aujourd’hui que malheureusement la famille soit en passe de gagner le dernier round. En effet en vertu d’un arrêt de la Cour administrative d’appel de Paris du 11 décembre 2020, les descendants de Tatiana ont obtenu le droit de récupérer l’oeuvre, arguant que la sculpture n’a pas été conçue initialement pour la tombe et qu’elle est dissociable de la stelle.  Ils souhaitent procéder au retrait de l’oeuvre, enfermée dans un coffrage de bois depuis 2018 et interdisant à tout visiteur la possibilité de l’admirer!

Le plus abstrait des sculpteurs figuratifs sera-t-il concrètement spolié?

 

 

 

 

Merci par avance de votre soutien :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *