Le Marathon de Marrakech et ses à-côtés…

Tous les années au mois de janvier, et ce depuis maintenant 27 ans, le Marathon International de Marrakech occupe une place importante dans le calendrier des sportifs marocains.

Mais au-delà des courses phares du dimanche que sont le marathon et le semi-marathon qui a rassemblé cette année plus de 7 500 coureurs, le Professeur Mohamed Knidiri, président de l’association organisatrice « Le Grand Atlas » et ex-ministre de la culture au Maroc, tient tout particulièrement à donner une autre dimension à ce sport à travers diverses animations.

 

A la fois humble et fédérateur, Mohamed Knidiri est un homme heureux. C’est l’image qu’il affiche sans détour lorsqu’on le voit arpenter les allées de ce village du Marathon. Dès le jeudi, les artisans locaux, les partenaires, dont Asics qui a fait une entrée remarquée et oh combien appréciée, ainsi que les organisateurs ont pris possession des lieux. Et, sonorisation aidant, l’animation bat son plein. Tout le monde, sportif ou pas, passe par le Village du Marathon et pour le Professeur le pari est déjà gagné.

Un samedi pas comme les autres

Toujours de bonne humeur et le sourire aux lèvres, Mohamed Knidiri, très respectueux envers les champions qui viennent courir le marathon, est peut-être mille fois plus content lorsqu’il libère tous ces enfants pour la course de 3 kilomètres qui traversent les grandes artères de Marrakech et qui leur est pleinement réservée la veille du grand jour.

Finalement, un samedi pas comme les autres, pour M. Knidiri : « pour moi, c’est très important que tous ces enfants puissent participer d’une manière ou d’une autre à cette grande fête de l’athlétisme. Ils étaient 500 cette année de toue la région, alors que nous aurions pu en compter près d’un millier comme les années précédentes si ce n’étions pas en période de vacances scolaires et, incontestablement, je remarque que le vivier est grand dans notre pays.

Il faut savoir qu’ils ont été tous sélectionnés pour venir ici et vous comprendrez mieux à quel point cette course des enfants revêt un intérêt tout particulier pour eux et pour leurs parents ». 

Mohamed Knidiri : un exemple à suivre 

 

Vous comprendrez aisément que pour Mohamed Knidiri le résultat, contrairement aux enfants, n’a pas beaucoup d’importance. « Mon objectif, c’est d’encourager les jeunes marocains à faire du sport, à courir, à faire connaître et aimer l’athlétisme». Quel beau message que celui que veut diffuser cet homme qui, plus que jamais, mérite son titre de « Professeur ».

Une fois sa mission accomplie entre la Course de Bienvenue réservée à tous sur 3 kms qui a permis aux coureurs de prendre leur repère et de s’échauffer avec le jour « J » et celles des enfants, Mohamed Knidiri va endosser en fin d’après-midi une nouvelle veste avec autant de succès. Celle qui le mènera à la conférence de presse dans les salons de l’hôtel de ville de Marrakech où il aura, avec les membres de son comité d’organisation, la joie de remettre, comme le veut la tradition, les dossards aux meilleurs athlètes marocains et étrangers pour le grand jour.
7 500 sous le soleil

 

Dimanche, dès les premières heures de la matinée, la course est lancée et le soleil accompagne les coureurs. Entre le Marathon et le semi-marathon, ils seront  près de  7 500 à traverser du sud au nord et d’est en ouest la ville rouge.

Et à l’arrivée, le Kenyan Gaikaria se montre le plus rapide en 2 h 11’41 sur 42,195 km devant le Marocain Khamis en 2 h 1’51. Par contre, dans le semi-marathon, les Marocains feront une véritable razzia sur le podium avec à leur tête El Aziz en 1 h 00’39 (ndlr : nouveau record de l’épreuve) pour 21, 097 km.

Côté féminin, la victoire du marathon est revenue à l’Ethiopienne Insermu en 2 h 32’41 et à la Marocaine Bouassriya au terme du semi-marathon en 1 h 12’29.

Une édition 2016 qui n’a pas fait perdre à Mohamed Knidiri son sourire et sa bonne humeur. Bien au contraire : « Tous les conditions étaient réunies pour que la fête soit réussie et je suis pleinement satisfait. L’organisation a été irréprochable. La forte participation étrangère était au rendez-vous-même si nous n’avons pas atteint car notre objectif qui était de battre le record du marathon féminin. Le climat était, comme à l’accoutumée, au beau fixe et je m’aperçois que l’on s’améliore de marathon en marathon ».

Et les enfants courent toujours…

Merci par avance de votre soutien :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *