Les Vosges entre trois eaux

Si vous naviguez comme beaucoup en ce moment, sous la ligne de flottaison, jetez-vous à l’eau des bains thermaux. Histoire de vous remettre à flots.

De Contrex à Bains les Bains, en passant par Vittel retour aux sources du cœur Vosgien.

Vert de la tête aux pieds, aussi secret que ses forêts trouées de sentiers qui mènent à la sérénité, ce paradis est peuplé de moutons. L’idéal pour rejoindre les bras de Morphée. Quant aux trois stations thermales, elles soignent, calment, ressourcent et concentrent patrimoine et histoire.

Contrexeville

Connue depuis le 18ème siècle grâce au docteur Bagard, la Source Pavillon est en 1860, officiellement déclarée d’utilité publique pour le plus grand bonheur des aristos qui viendront y perdre du gras et construire de superbes villas. L’eau de Contrexéville contient, en effet des éléments qui aident à l’élimination rénale et participent à  l’amincissement des personnes en surpoids.

La petite cité va se couvrir de palaces, d’un casino, d’un théâtre, de restaurants, pour divertir ces curistes venus soigner leurs reins en arrosant leur foie. A l’époque on ne connaît que les eaux chaudes bénéfiques aux rhumatismes. Celles de Contrexeville froides aux vertus méconnues vont attirer de plus en plus de curistes. Ils viennent boire a la source sur place aux griffons. Et se déplacent avec leur porteur d’urine. Au bout de 3 semaines de cure à raison de 3 ou 4 litres par jour, ils repartent requinqués.

Mais les deux guerres et la démocratisation des cures remboursées  vont engloutir tout ce petit monde…Ce qui n’empêchera pas la station de ressusciter. En 1979, elle lance la première certification « Gastronomie Saveur Minceur » Mincir ? 0ui mais de plaisir. Ce coup de génie va séduire une nouvelle clientèle adepte du Bien-être.

Clientèle adepte du Bien-être

 Contrexéville a aujourd’hui perdu ses palaces, et gagné en simplicité, sans renoncer à ses nombreuses activités culturelles et sportives qui l’animent surtout en saison. En témoignent ses vestiges comme le casino à la façade de style rocaille qui abrite une petite merveille de théâtre et un restaurant baroque. Mais il n’y a pas que le Casino pour témoigner de cet âge d’or. La petite chapelle orthodoxe où repose la princesse Marie Pavlona, tante du tsar Nicolas II et son petit jardin russe,  au sein du parc thermale rappellent qu’ici ont défilé quelques célébrités comme Bourvil, Tino Rossi, Gilbert Bécaud, et Yves Simon, l’enfant du pays  qui y a fait ses classes avec son groupe les Korrigans.

La petite chapelle orthodoxe

La capitale de la minceur  a ouvert en 2014, le plus grand espace thermoludique du Sud Lorrain, qu’elle continue de développer. Sa nouvelle extension vous offre des jacuzzi à l’air libre, qui complètent l’offre de hammam, sauna, salle de soins aux produits Phytodia, des nouveaux produits 100% alsaciens qui cohabitent désormais avec la vénérable marque Maria Galland. Sans oublier sa piscine chauffée à 32°, équipée de lit bouillonnants, de buses hydromassantes et d’ Aaquabike en libre service encore rarissime.

jacuzzi à l’air libre

Vittel 

Vittel n’était encore qu’une petite paysanne que sa voisine Contrexéville vibrait déjà au rythme d’une station thermale florissante. Une visite à la maison du patrimoine éclaire ce passé fastueux et rappelle que les femmes de Vittel étaient les petites mains de Mirecourt, la reine de la dentelle Vosgienne. La station thermale doit son succès à une saga familiale qui démarre grâce à Louis Bouloumié.

Cet avocat républicain est exilé en Espagne sous Napoléon III. Il y tombe malade. Il souffre de colites néphrétiques et de problèmes digestifs. On va lui conseiller d’aller prendre les eaux à Contrexeville. Mais cette eau ne lui convient pas, son médecin  l’oriente alors sur la source de Geremoy à Vittel encore très confidentielle. Il va donc faire sa cure d’eau de Vittel à Contrex ! En 1854, il achète la source et, un an plus tard, pose les bases de la future station . 11 curistes viendront prendre les eaux à la petite cabane initiale, la première année. Mais la réputation et l’affluence vont monter en puissance. Il mourra hélas avant de voir le fruit de son travail et ruiné à 57 ans. Ce qui n’empêchera pas ses enfants de reprendre le flambeau. Ils vont créer une Société qui va prospérer. Grâce en partie à l’un de ses célèbres fidèles, louis Garnier le père de l’Opéra de Paris qui vient en cure ici. Les héritiers de Boulomié vont le solliciter

Garnier met le feu à la station. Résultat : un parc thermal ( animé tout l’été), avec un hippodrome, un golf, un boulodrome, des échecs géants, des galeries pour l’ombre, des jeux et de l’eau à gogo!

Vittel sera l’une des premières stations où les curistes côtoient les golfeurs. Epargnée par les guerres, elle a sauvé son patrimoine architectural, art Nouveau et art Déco. Depuis 2014, elle rénove à tour de bras, le dernier chantier s’est achevé en 2019. D’autres restaurations sont prévues.

Vittel a comme Contrexeville embouteillé ses eaux. C’est ici qu’est née la 1ère bouteille en plastique, ici qu’on trouve l’eau d’Hépar et aussi l’eau du robinet que Nestlé à force d’en pomper les sources, est en train d’assécher. « Buvez, éliminez », jamais le slogan n’a été autant à double tranchant. Mais c’est une autre histoire…

Bains les Bains

A une encablure d’Epinal, la  capitale des Vosges, l’une des plus petites et des plus anciennes stations thermales est pelotonnée autour de son église.

Ici la vie rurale n’a jamais réussi à s’effacer devant la vie thermale, pour le plus grand bonheur des curistes qui y respirent à plein poumon un air aussi pur que l’eau des sources chaudes. Des jardins aux thermes, en passant par la forêt vosgienne, tout fleure bon les essences sylvestres : hêtre, chêne,  sapin, épicéa et pin sylvestre. Ici comme ailleurs les curistes prennent les eaux le matin. Les amateurs de Bien être passent l’après midi entre les douches multi-jets, le massage sous l’eau thermale, les bains bouillonnants aux huiles essentielles et sylvestres,  et le bain de boue en apesanteur,  ces divins  bains de kaolin qui  absorbent toutes les douleurs articulaires et musculaires.

 S’il n’est pas absent du centre c’est à l’extérieur qu’on trouve le patrimoine le plus étonnant. A la Manufacture Royale qui aujourd’hui tenue par un couple de passionnés accueille dans son château de 32 pièces, ses ex maisons des contremaitres, d’ouvriers, convertis en chambres d’hôtes et gites, les curistes.

Manufacture Royale

On y voit toujours la chapelle, la glacière, la sellerie, et les étables.  Voici le berceau de la première bachelière de France Julie-Victoire Daubié. L’esprit règne en maître dans cet ancêtre du phalanstère, véritable concentré de l’histoire ouvrière des 18ème et 19ème siècle. Et où a été tourné en partie le film « Indigènes »,  primé à Cannes en 2006 de Rachid Bouchareb, avec Jamel Debbouze et Samy Naceri. 

Photo de présentation : Photo de présentation : Image par 445693 de Pixabay

Pratique

Se renseigner :

www.contrex-minceur.com

www.vittel.fr

www.bainslesbains.fr

www.vosges.frwww.tourisme.vosges.frwww.for-e.frwww.economie.vosges

Où dormir et diner après avoir visiter Contrexeville et Vittel ?

L’hôtel l’Orée du Bois

https://www.loreeduboisvittel.fr/fr/restaurants-et-bar.html

Où déjeuner à Contrexéville ?

Restaurant « Les Commis ».

A voir :

Musée du Patrimoine, Vigie de l’Eau

Où Déjeuner à Vittel ?

Restaurant « Le Retro » à Vittel

Où dormir et se régaler à Bains-les Bains ?

Manufacture Royale de Bains les Bains http://bainsmanufactureroyale.eu/chambres-dhote-et-gites/

Où Déjeuner à Epinal, pour rester dans le bain ?

Restaurant « La Capitainerie » à Epinal

Merci par avance de votre soutien :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous êtes déjà des milliers à nous lire. Rejoignez nous sur nos nouvelles pages et aimez-nous !