SCHUBERT IN LOVE, un spirituel et joyeux spectacle

Photo de présentation : Rosemary-Standley (c)Crédit-Beryl-Caizzi

« Schubert in Love » est un vrai spectacle. Pas seulement un concert classique et traditionnel couleur Sépia. Schubert in Love a enchanté les spectateurs venus nombreux écouter l’Ensemble Contraste et son égérie : Rosemay Standey au Bal Blomet ce samedi soir 10 octobre.

L’Ensemble Contraste

Une émotion esthétique inoubliable
Ce n’est pas évident d’exprimer par la musique, les métamorphoses du sentiment amoureux, telles que décrites par Schubert tout au long de son immense œuvre romantique.
L’Ensemble Contraste a réussi à faire passer le message.
On devine une grande connivence entre les musiciens de l’Ensemble Contraste dirigé par Arnaud Thorette, directeur artistique et Johan Farjot directeur musical.

On s’amuse de leur gestuelle, une sorte de remue-ménage harmonieux et fantasque, qui anime les 5 acteurs-musiciens, très talentueux.

Johan Farjot (DR)

La Perle, la Star  : Rosemary Standey
Elle sublime l’Ensemble Contraste.
Chanteuse folk franco-américaine, Rosemary chante doucement et tendrement en allemand, avec cette voix inclassable.
Heureusement, elle chante dans la langue d’origine du compositeur. Mais décline au préalable en Français le résumé du Lieder chanté. En guise de repère pour un public non germanophile.
Sa gestuelle de danse est une émouvante chorégraphie. Ses doigts agiles animent ses paroles. Elle joue de son corps pour nous montrer qu’il sait aussi chanter.

La diva joue de ses vêtements amples, son châle rouge écarlate couleur de la passion. C’est justement le thème de la soirée.
Les gazouillis d’oiseaux s’entendent en fond de partition.
On écoute avec tendresse les Lieder de Schubert bien connus. La Sérénade, L’Ave Maria , La Truite Vagabonde, Rose Rouge…
Non, les larmes ne pourront faire refleurir un amour perdu.

Comme un grain de folie dans l’inattendu
Puis, en finale, un humour jazzy bien amené fait basculer les rôles et le spectacle. Un court moment picaresque mais enchanteur et on se retrouve au théâtre. Les 5 acteurs-musiciens et la diva ont inversé les rôles en s’accaparant instruments et partitions du voisin. Alto, contrebasse, piano, percussions, guitare…changent de main et de style.
Schubert aurait apprécié.

Geneviève Guihard
Bal Blomet
33 rue Blomet Paris 15
www.balblomet.fr

Ensemble Contraste
www.ensemblecontraste.com

Merci par avance de votre soutien :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *