L’île de Madère

la pointe de Sao Lourenço ©BriceCHARTON
la pointe de Sao Lourenço ©BriceCHARTON

L’île de Madère fût un point d’escale incontournable pour de nombreux Conquistadors et aventuriers. Christophe Colomb y épousa Félipa Perestrello. De nombreux palais, églises et quintas sont les vestiges de cette époque florissante.

Elle bénéficie d’un climat privilégié. Elle se situe à peu près à la même latitude que Casablanca. On l’a surnomme l’île aux fleurs. En effet son climat subtropical est propice au développement des magnolias, des hibiscus, des amaryllis et de bien d’autres fleurs. Sa végétation luxuriante, sa forêt aurifère et ses paysages grandioses font de Madère une destination unique à découvrir sans modération.

Le commandant Joäo Zarco distingue avec sa longue vue, depuis son navire, une terre couverte d’une forêt épaisse et luxuriante. Il met pied à terre sur l’île et la nomme Madeira qui veut dire bois en portugais. Nous sommes en 1420.

 

Funchal et Monte les traineaux en osier ©BriceCHARTON
Funchal et Monte les traineaux en osier ©BriceCHARTON

Funchal

 

Funchal est la capitale cosmopolite de l’île. Elle est fondée en 1421 et deviendra le plus grand évêché au monde en 1533. C’est aujourd’hui le principal port de commerce de l’île. Les nombreux paquebots de croisière y font haltes. Il fait bon se perdre dans les ruelles du quartier historique. Sa cathédrale Sé  avec son architecture hispano-arabe et romano-gothique et ses nombreux bâtiments coloniaux sont encore en parfait état. Ne ratez pas le marché animé et haut en couleurs qu’est le Mercado dos Lavradores. Allez  humer les senteurs du marché. Vous y trouverez du poisson frais, des fruits et des fleurs exotiques. Ne vous laissez pas rebuter par l’aspect inquiétant, avec ses dents acérés, du poisson sabre qui vient des profondeurs de l’océan. Sa chair est goûteuse à souhait.

Poissons Sabres ©BriceCHARTON
Poissons Sabres ©BriceCHARTON

Le long du port prenez un chinesa (café traditionnel) tout en admirant le va et vient des nombreux bateaux. Les montagnes sont reines à Madère mais n’oublions pas que la mer y est partout présente. N’hésitez pas à prendre la mer afin de découvrir la faune marine avec notamment les nombreuses espèces de dauphins.

Pour ceux qui ont le cœur bien accroché, essayez ce qu’était à l’époque l’un des moyens de locomotion des habitants de Monte: les carrinhos. Ce sont des traineaux en osier montés sur des patins de bois qui existent depuis 1850.

Funchal et Monte les traineaux en osier ©BriceCHARTON
Funchal et Monte les traineaux en osier ©BriceCHARTON

C’est aujourd’hui une des attractions touristiques parmi les plus atypiques que l’on puisse trouver.

Asseyez vous sur un osier biplace et laissez vous guider par les carreiros, traditionnellement vêtus de blanc et avec un chapeau de paille. Vous glisserez dans les rues étroites et sinueuses pendant 10mn et 2km plus tard vous arriverez sans dommage à la très belle église noire et blanche Nossa Senhora do Monte. Les carreiros n’utilisent que leurs bottes à semelles en caoutchouc pour diriger et freiner les carrinhos. Une belle expérience.

Paysage typique de Madère ©BriceCHARTON
Paysage typique de Madère ©BriceCHARTON

Madère: ses côtes et ses montagnes escarpées

Nous voici arrivé dans la petite ville de Santana dont une partie de ses habitations en font sa renommée. Ce sont des chaumières colorées en bleu, blanc et rouge au toit pentu. Quelques unes d’entre elles ont été rénovées et font le bonheur des touristes. Cependant beaucoup d’autres servent encore aujourd’hui à la population comme étables, entrepôts ou logements. Il est possible d’y dormir.

la pointe de Sao Lourenço ©BriceCHARTON
la pointe de Sao Lourenço ©BriceCHARTON

Sur la côte Est, la pointe de Sao Lourenço est un petit bijou. La végétation change totalement. En effet la pointe avance dans la mer et se retrouve loin des montagnes où se concentre l’humidité. Le vert emblématique de Madère se transforme en une herbe jaune et une terre ocre. Le contraste entre les couleurs ocres et jaunes de la terre, le bleu profond de la mer et le vert et rouge des falaises qui tombent à pic dans l’océan est de toute beauté. C’est certainement l’un des plus beaux sites de l’île, à ne rater sous aucun prétexte. Sur cette petite bande de terre des espèces végétales endémiques apparaissent. C’est par ailleurs un espace privilégié pour les oiseaux: Serin des Canaries, Puffin Cendré notamment.

Le village de pêcheurs de Camara de Lobos ©BriceCHARTON
Le village de pêcheurs de Camara de Lobos ©BriceCHARTON

La côte ouest est renommée pour ses superbes panoramas. Sur la route le charmant village de pêcheurs de Câmara de Lobos nous invite à nous promener dans ses petites ruelles et sur sa plage envahie par les barques bariolées des pêcheurs autochtones. C’est un arc-en-ciel de couleurs. La route côtière  sinueuse nous emmène à Gabo Girao. C’est l’une des plus hautes falaises d’Europe qui culmine à 580m d’altitude. Pour ceux qui n’ont pas le vertige avancez sur les plaques de verre posées au-dessus du vide. Le panorama est exceptionnel.

Mercado dos Lavradores à FunchalA l’intérieur de l’île, les montagnes escarpées et sauvages attendent le promeneur. Beaucoup de sites ne sont accessibles qu’à pieds. Le Pico Ruivo est le point culminant de l’île. Il faudra trois bonnes heures de marche pour accéder au sommet. Mais alors quelle récompense que ce panorama unique sur l’île qui s’offre à nous.

Paul do Mar ©BriceCHARTON
Paul do Mar ©BriceCHARTON

La route de Santo da Serra à Poiso est l’une des plus belles routes panoramiques de l’île. La diversité de paysage et de couleurs est surprenante.

Paul do Mar est un petit village en bord de mer. Il est réputé internationalement pour être un très bon spot de surf. L’ambiance y est décontractée. Admirer le coucher du soleil tout en sirotant un bon madère ou une boisson non alcoolisée au Maktub (bar haut en couleurs) est un must.  

La gastronomie madérienne est excellente. Les poissons péchés du jour et les fruits et légumes frais sont un régal. L’île de Madère est sans aucun doute une destination où il fait bon y séjourner toute l’année. Son relief tourmenté, ses falaises abruptes et son passé colonial lui donnent un charme certain.

 

 

la pointe de Sao Lourenço ©BriceCHARTON
la pointe de Sao Lourenço ©BriceCHARTON

 

Guide Pratique:

guide de voyage: Madère Petit futé, Madère Guide bleu et guide Voir Hachette, Madère Lonely Planet, Madère week-end Guide vert Michelin

Comment y aller: Compagnie aérienne TAP: www.tapportugal.com

Office de tourisme: site web: visitportugal.com  /    turismodeportugal.pt

pinterest.com/visitportugal  /  visitportugalblog.blogspot.pt/

 

Quand y aller: Toute l’année

 

Bibliographie: La série des Conquistadors chez Glénat reprend l’histoire des grands aventuriers partis découvrir les Amériques.

Merci par avance de votre soutien :

2 pensées sur “L’île de Madère

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *