Pour ne rien manquer…

Evénement populaire s’il en est un et encore gratuit de nos jours ce qui est tout de même suffisamment rare pour le signaler, le Tour de France cyclisme draine un nombre incalculable d’aficionados et ce n’est pas Catherine et Bernard qui nous contredirons.

©D. ROUDY -Skoda partenaire du Tour de France

L’autre jour, à Troyes, alors que je faisais mes repérages de bon matin aux abords de la ligne d’arrivée de la 6ème étape du TDF et que l’équipe technique s’affairait à déployer l’impressionnante armada que constitue la ligne d’arrivée et son environnement, Catherine et Bernard sont déjà là depuis 7 h 30 assis sur le trépied alors même que les coureurs sont encore en train de prendre leur petit déjeuner à Vesoul à 216 kilomètres de là. Pour nos deux interlocuteurs « pas question de bouger d’ici avant  18 h 30. Nous sommes sur la ligne d’arrivée et on en veut rien manquer du spectacle… ».

Troyes passe au jaune

Pendant ce temps la préfecture de l’Aube se réveille plus rapidement que prévu car, contre toute attente,  une fanfare belge anime le centre ville et tout le monde suit la cadence.

©D. ROUDY – La lance à eau de….Vittel utile sous la canicule troyenne

 Troyes s’est habillée de jaune et nombreux sont les commerces à jouer le jeu avec des polos et tee-shirts jaunes, tout comme les employés des boutiques et des établissements de la ville, mais pas question d’utiliser le logo du Tour de France sur les effets, juste une inscription « Troyes 2017 » dans une petite borne kilométrique sur la manche est autorisée. Chez Amaury Sport Organisation, organisateur du Tour de France, on veille au grain et on ne badine pas. Les produits sous licence, c’est Pour ASO et personne d’autre…

La caravane fait recette

 

©D. ROUDY – Presssade bio de Teisseire dans la course

A l’heure du petit jaune, l’ambiance monte d’un cran et deux personnes sur trois parlent de vélo. Chacun commence à regarder la position idéale pour assister au spectacle. Et quel spectacle ! On se demande même si les gens viennent pour chiper une casquette (la jaune de LCL, celle à pois rouge et blanche de Carrefour), un bob (le bleu de Krys, le rouge de Cochonou), deux bombons de chez Haribo, un morceau de saucisson de chez Cochonou, une bouteille d’eau de Vittel ou regarder les mollets saillants des coureurs professionnels lancés dans un sprint massif remporté une nouvelle fois par le spécialiste l’Allemand Marcel Kittel.
Une caravane forte de 170 véhicules représentant 35 marques qui distribue avec ses 600 personnes quelque 18 million de goodies, mais surtout qui se bonifie au fil des années en matière de sécurité.

©D. ROUDY – Haribo régale petits et grands
©D.ROUDY Avec Cochonou c’est l’heure du saucisson

 

Certains partenaires ont choisi le parti d’arriver suffisamment tôt sur la ligne d’arriver pour distribuer judicieusement le long des balustrades des goddies utiles sous la canicule : bouteille d’eau Vittel et casquettes ou bob. C’est beaucoup plus bénéfique à tous plutôt que de lancer à vitesse grand V des cadeaux quitte à se blesser dans les bousculades massives pour deux fois rien…

©D. ROUDY – Vittel offre l’eau au public

Aux premières loges

Et pendant ce temps Catherine et Bernard sont aux premières loges boulevard du 1er RAM devant quatre bonnes rangées de spectateurs qui eux, n’y voient quasiment rien… A l’heure de la remise des prix, peu avant 18 heures, ils n’en manquent pas une miette et leurs yeux pétillent lorsque le très abordable François Baroin félicite le vainqueur et le maillot jaune Christopher Froome ou que la charmante actrice et réalisatrice Michèle Laroque, la compagne du maire de Troyes, remet le prix Antargaz du coureur le plus combatif du jour au Norvégien Vegard Stake Laengen.

© ASO – Le Norvégien Laengen : vainqueur à Troyes du Prix de la Combativité. Prix remis par Michèle Laroque compagne de François Baroin

Pour Catherine et Gérard, l’aventure ne s’arrête pas en si bon chemin puisque le lendemain matin dès le lever du jour ils auront déplacé leur trépied de quelques mètres pour assister, boulevard Victor Hugo, au départ de la 7ème étape Troyes – Nuit-Saint-Georges.
Mais ce que j’ai vécu à Troyes, à travers Catherine et Bernard, c’est commun depuis des lustres dans le monde de la Grande Boucle et pour longtemps encore car lorsqu’il s’agit du Tour de France les passionnés ne comptent pas. Ils ne veulent rien manquer…

Merci par avance de votre soutien :

25 pensées sur “Pour ne rien manquer…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous êtes déjà des milliers à nous lire. Rejoignez nous sur nos nouvelles pages et aimez-nous !