Prenez le temps de découvrir Gand

Entre Bruxelles, capitale de la Belgique, et Bruges, que l’on surnomme, la « Venise du Nord », il y a, à l’Ouest, au confluent de la Lys et de l’Escaut, GAND, cœur historique de la région flamande avec ses monuments et ses édifices, ses musées et son shopping du centre-ville piétonnier connu pour son architecture médiévale.

De nos jours, centre culturel important et ville universitaire la plus peuplée de Belgique, GAND est constamment en effervescence, jour et nuit, avec sans cesse des animations, ce qui lui vaut régulièrement prix touristiques et louanges à l’international.

 

La place Vrijdagmarkt

Deux jours, voire trois au moins, sinon rien car ce serait tout de même dommage de se priver des trésors cachés d’architecture moderne et de street art. A Gand, on parle avant tout de « citytrip » puisque tout est fait pour que vous utilisiez les transports locaux : tramways et bus, vélo et marche à pied avec des circuits minutieusement élaborés qui vous feront découvrir le centre historique.

Les promenades en bateau ne manqueront pas de vous rappeler que la cité flamande fut une ville portuaire de premier plan comme en témoigne cette rangée de maisons de corporations à proximité du port sur la Lys. Et les calèches aussi ont leur mot à dire, histoire de compléter ce panel de balades offert aux touristes.

Balade sur la Lys

Le centre historique unique en Flandre

En arrivant à Gand, votre premier point de chute sera sans aucun doute le pont Saint-Michel. De là vous aurez un œil sur la Lys avec les bateaux qui baladent les touristes curieux de découvrir la ville sous un autre angle, et, de droite à gauche, sur les terrasses qui jouxtent la rivière, avec en arrière plan le Graslei et le Korenlei, de magnifiques monuments historiques qui, en leur temps, étaient le centre de gravité du commerce du grain en Flandre. De ce pont, aujourd’hui quasiment interdit au trafic, vous aurez une vue en enfilade sur les tours et clochers les plus célèbres de Gand, ceux de l’église Saint-Nicolas, du Beffroi et de la cathédrale Saint-Bavon, demeure de l’Agneau Mystique et chef d’œuvre artistique des frères Jan et Hubert van Eyck réputé dans le monde entier. Au loin, la forteresse massive du Château des Comtes ne vous laissera pas indifférent.

Le centre historique

Et puis, à quelques mètres, les boutiques du centre piétonnier viennent se marier parfaitement avec l’architecture locale et donnent une autre vie et un autre visage aux promeneurs. A l’occasion des fêtes de Noël, Gand saura, comme à l’accoutumée, mettre ses habits de lumière et offrir aux visiteurs son plus beau visage à l’heure où la pandémie planétaire de la Covid-19 est en train, petit à petit, de prendre du recul.

 

De musées en monuments…

Quelle entrée en matière ! Il ne vous reste plus, pour « vivre Gand à plein régime », comme le rappelle le slogan en bonne place dans la ville, qu’à vous équiper du City Card, une carte qui vous donne accès aux principaux musées, monuments, et attractions, mais également à une promenade guidée en bateau, aux transports en commun, et pour une journée, à la location d’un vélo, et au bateau-tram.

A pied, en longeant la Lys, l’impressionnante résidence municipale du 18ème siècle, de style rococo, abrite le Design Museum où les expositions temporaires complètent la magnifique collection permanente allant de l’art nouveau aux courants contemporains. De là, et en passant par l’ancien marché aux poissons, nous nous rendons au Château des Comtes, seul château-fort médiéval conservé en Flandre avec un système de défense quasi intact. Au Moyen-âge, les Comtes des Flandres ont transformé les constructions en bois en un donjon entouré d’une enceinte en pierre, elle-même pourvue de 24 tours. Un bâtiment qui, par son architecture, incarne clairement la puissance des comtes dans le tumulte de Gand.

Le Château des Comtes

Direction Patershol, un quartier composé d’étroites ruelles et de chemins tortueux, avant de découvrir le Caermerssklooster, un ancien couvent, puis le musée de l’Industrie qui a pris place dans une ancienne filature de coton. Ce musée présente de façon unique les changements technologiques radicaux qui ont bouleversé notre société ouest européenne au cours des 250 dernières années. Il vous permet de tout savoir sur l’industrie, le prolétariat et le textile.

 

Le street art et la ruelle des graffitis

Une pause s’impose et la place Vrijdagmarkt, qui a toujours joué un rôle prépondérant dans l’histoire de Gand, nous permet de souffler et d’admirer de superbes bâtisses avant de nous diriger vers la ruelle des graffitis. Initialement créée comme un projet temporaire, cette artère transversale offre des couleurs et des dessins à travers le street art du moment, mais surtout donne carte blanche aux nombreux artistes graffeurs de Gand.

La ruelle des graffitis

L’hôtel de Ville, de style gothique du début du 16ème siècle, puis les rues commerçantes sont le point d’orgue d’une journée bien remplie, car, à peine faisions nous 50 mètres que notre regard était détourné, ici et là, sur l’étroit pont des Plaisirs construit en 2000 en l’honneur des 500 ans de la naissance de l’empereur Charles Quint, ou encore sur la Grande Boucherie, un marché couvert qui abritait la guilde (association de secours mutuel entre marchands) au 15ème siècle et, un peu plus loin sur le Portus Ganda, aujourd’hui port de plaisance, mais qui jadis a donné naissance à la ville de Gand.

Entre le centre historique et le quartier des arts, les découvertes sont encore nombreuses et il faut vite faire des choix car deux jours, c’est vraiment trop peu… Si les transports en commun, notamment le tram, nous permettent d’être au plus près de la vie locale et nous emmènent découvrir le centre de musique, les musées des Beaux-arts et d’art contemporain, et la gare Saint-Piters, c’est à pied, en faisant un détour par la Maison des Maçons, réplique à l’identique puisque la bâtisse conçue pour l’exposition universelle de 1913 a été, soi-disant, perdue, que l’on reste ancré dans le centre historique.


Eglises et cathédrale Saint-Bavon…

Si les historiens racontent que l’église gothique Saint-Michel, dont le pont du même nom a marqué notre entrée dans la ville, n’a pas pu avoir la flèche de 134 mètres prévue sur les plans par manque de fonds, et heureusement car les lieux n’auraient pas supporté une charge plus lourde, retournons nous vers l’église Saint-Nicolas. Joyau du début du 12ème siècle, la splendeur et le lustre de cet édifice n’ont d’égal que la richesse et la puissance des commerçants de l’époque. Sa tour quadrangulaire centrale est unique et fait office de lanterne naturelle car la lumière pénètre directement dans le transept.

Depuis le pont Saint-Michel

A quelques mètres, le Beffroi, symbole de l’indépendance de Gand, est inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO. Une visite jusque tout en haut, en empruntant l’ascenseur ou l’escalier depuis le premier étage, vaut incontestablement la peine pour admirer l’impressionnant carillon et la vue. Au sommet du Beffroi, datant du 14ème siècle, trône le fier « Dragon de Gand ».

Dans le prolongement, la cathédrale Saint-Bavon, monument le plus visité de la région qui porte l’histoire contrariée de Gand, clôture cette ligne de tours majestueuses. Cette église paroissiale la plus ancienne de la ville, construite sur des vestiges d’une première église du 10ème siècle et d’une église romane du 12ème siècle, renferme de nombreux trésors dont l’œuvre majeur de la peinture flamande : l’Adoration de l’Agneau Mystique des frères van Eyck.

 

L’Agneau Mystique : un chef d’œuvre mondialement reconnu

Cette œuvre monumentale (4,4 m x 3,4 m) achevée en 1432 est peinte sur 18 panneaux en chêne recouverts d’une couche de craie extrêmement fine et de colle animale, après quoi des personnages ont été opposés en plusieurs couches de peinture à l’huile. L’Agneau Mystique, une des œuvres les plus influentes au monde, est aussi une succession de détails microscopiques qui multiplient les perspectives arithmétiques et symboliques. Une peinture qui, aujourd’hui, est restaurée par phases, et dont les deux tiers de l’original sont actuellement offerts au regard du public.

L’Agneau Mystique

A l’image de sa collection d’objets d’art : le maître hôtel baroque en marbre veiné, la chaire rococo en marbre et chêne, le triptyque du Calvaire de Juste de Gand, les mausolées des évêques gantois, la cathédrale Saint-Bavon possède une riche histoire comme on peut le découvrir au travers de la visite de plus d’une heure avec des lunettes ou une tablette en réalité augmentée.

 

Gand cœur de la Flandre

Le temps passe, le temps presse et on aurait aimé vous parler du NT Gent (le théâtre municipal gantois), du Pand (le centre culturel), de la maison d’Alijn (où l’on revit le quotidien d’antan à Gand), du château de Gérard le Diable (centre d’archives), des béguinages (oasis de paix et de silences où se rassemblent les femmes), de l’ancien Palais de Justice et son architecture néoclassique, de l’opéra de Gand et des ses trois salons en enfilade sur 90 mètres, mais on reviendra.

La Lys à Gand

Un tour de Gand, cœur de la Flandre et capitale végétarienne de l’Europe, qui n’en est pour autant terminer. Comme quoi il faut prendre le temps de visiter Gand la vivante, la culturelle, la festive, et avoir donc plus d’un jour devant soi…

 

Pour vous, nous avons privilégié…


Hébergement :

Pillows Grand Boutique Hôtel Reylof – Hoogstrat 36 à 9000 Gand – www.pillowshotels.com – Tél. : + 32 9 235 40 70

A 500 mètres du centre touristique, le Pillows Grand Boutique Hôtel Reylof, grande maison de maître où le design moderne s’intègre dans un élégant intérieur Louis XIV est rouvert depuis 2018 après une rénovation complète de ses chambres.

Les chambres et les suites sont dotées de hauts plafonds, de grandes fenêtres, d’œuvres originales sélectionnées pour chaque chambre. L’ensemble avec des touches contemporaines font de cet espace privé un parfait lieu de zénitude. Au cœur de l’hôtel, l’espace central propose un bar, un salon avec cheminée où vous pourrez vous restaurer, ainsi que différentes salles, sans oublier la cour historique avec son jardin et ses terrasses.
De plus, l’ancien relai de poste a été aménagé en centre de bien-être avec piscine, spa, sauna finlandais, salles de soins, et salle de sport.

Restaurant :

Het Pakhuis – Schuurkenstraat 4 à 9000 Gand – www.pakhuis.be/fr – Tél. : + 32 9 223 55 55

Restaurant Het Pakhuis


A deux de la cathédrale Saint-Bavon et des ruelles animées, cette brasserie offre un caractère impressionnant avec un espace grandiose qui respire encore l’atmosphère de l’ancien entrepôt.

L’architecte Pinto a donné une seconde vie à ce bâtiment avec des éléments de décoration intérieure spécialement élaborés. La gastronomie est fine et savoureuse, notamment le carpaccio de bœuf « Rouge des Flandres », le saumon d’Ecosse à la plancha, ou le rösti de potiron et bintjes, et c’est ce que vous dégusterez principalement au Pakhus.

Reportage à Gand de Dominique ROUDY
Photos de Dominique ROUDY

Merci par avance de votre soutien :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *