Toujours plus vite… à quel prix ?

Rien ne va jamais assez vite. Un jour, c’est votre ordinateur portable qui manque de vitesse. L’autre, c’est votre smartphone qui ne suit pas votre doigté. Mais qui alimente ce phénomène ?

Il est certain que le secteur du sport est un élément moteur. Lorsque le sprinter jamaïcain Usain Bolt bat, en 2009 à Berlin, le record du monde du 100 mètres en 9’’58, ça dépasse le cadre du sport comme les 431,072 km/h de la Bugatti Veyron Super Sport en juillet 2010 ou encore les 604 km/h du train japonais JR-Maglev LO en avril 2015 sur rail magnétique pendant 19 secondes.
Bordeaux à 2 heures de Paris
A l’échelle hexagonale, aller toujours plus vite, c’est une réalité avec la récente inauguration de la LGV (ligne à grande vitesse) qui permettra dès le 2 juillet prochain de rejoindre Bordeaux depuis Paris en 2 heures 04.

Là, on ne parle pas de vitesse, mais de temps pour relier un point à un autre, en l’occurrence Paris Austerlitz à la gare de Bordeaux Saint-Jean. Un chantier titanesque de 320 kilomètres de ligne nouvelle sur le tronçon Tours-Bordeaux qui aura duré cinq années et qui a coûté tout de même près de 8 milliards d’euros au concessionnaire privé Lisea, une filiale de Vinci.
Et, dans la foulée, Rennes à 1 h 15 de Paris, puis la Bretagne.

Mais tout ça à un prix et là même si le président de la SNCF Guillaume Pépy, ne veut pas ouvertement l’annoncer officiellement devant les médias, il ne faut pas se voiler la face, l’addition sera pour les… usagers.

 

A toute de vitesse à Vars

 

Plus pur et certainement beaucoup plus écolo, on ira vite, très vite sur les pistes alpines de Vars. Là, ce seront les skieurs les plus rapides du monde qui, sur la piste mythique de Chabrières à l’occasion des Speeed Masters (28 au 31 mars) chercheront à pulvériser les chronos sur le couloir (2750 mètres d’altitude avec 98 % d’inclinaison de pente). Flashé à 254,958 km/h, l’Italien Ivan Origone mettra son record en jeu. Aujourd’hui, le Français Simon Billy pointé à 252,809 km/h est le plus sérieux adversaire du Transalpin.

 

Et si c’était à vous d’aller encore plus vite !
Et si avec toutes ces performances, la France n’a pas une petite place dans l’édition 2018 du Guinness des Records à paraître en septembre 2017 ce serait dommage. Alors, il ne vous restera plus qu’à prendre votre chronomètre dans la poche pour battre un record et aller ainsi… toujours plus vite.

Merci par avance de votre soutien :

9 pensées sur “Toujours plus vite… à quel prix ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *