2020 : année de tous les records à Marrakech

Depuis maintenant 31 ans la tradition du marathon à Marrakech est désormais bien ancrée dans les artères de la ville ocre. Mais, au fil des années, les organisateurs regroupés au sein de l’association « Le Grand Atlas » ont réussi a donné une autre dimension à cet événement qui a un retentissement bien au-delà du Maroc à tel point que 4 000 coureurs de fond Français s’y sont retrouvés.

Hicham Laqouahi, Photo D. ROUDY (c)

Si, en cette année olympique et aux yeux des médias spécialisés, l’élément majeur restera le nouveau record du Marathon International de Marrakech obtenu par le Marocain Hicham Laqouahi (42,097 km en 2 h 06’32’’), ce sont toutes les animations qui ont encadré cet événement quasiment unique en Afrique que nous tenons à mettre en lumière.

De nombreuses animations

Et du côté des animations, les organisateurs n’ont pas ménagé leurs efforts. Dès le jeudi, soit quatre jours avant l’épreuve reine, le village avait ouvert ses portes et les premiers arrivants pouvaient déjà retirer leur dossard.

Le village du Marathon – photo D. ROUDY (c)

Un village qui, le vendredi, accueillait les partenaires de l’événement avant, qu’en fin d’après-midi, une conférence-débats animée par le Professeur Mohamed Knidiri, président de l’association Le Grand Atlas, sur le thème de

« la place du sport dans le développement de coopération internationale ».

Judicieusement élaborée par Mohammed Marrakchi, président de l’association Césam, et Mohamed Karouach, secrétaire général du Grand Atlas, cette conférence-débats a permis à de nombreux intervenants, dont Eric Pensalfini, vice-président du Grand Nancy et délégué aux sports, Paco Boroa, président de l’AIMS (association internationale des marathons) et votre serviteur de faire part de leurs expériences tant dans le domaine du sport côté collectivité locales et territoriales, que du côté des médias.

Les Marrakchis se mobilisent

Le samedi, veille du marathon, fut une journée toute particulière à plus d’un titre. On connaît la passion des Marocains pour le sport et là, à deux pas de la place Jemaa el Fna l’animation bat son plein. Histoire de prendre des repères, les marathoniens, mais surtout les semi-marathoniens, et également les Marrakchis inconditionnels de course à pied sont lâchés sur 3,5 km pour la course de Bienvenue.

 

La course de Bienvenue – photo D. ROUDY (c)

Trente minutes plus tard, les enfants, accompagnés de leur parent, trépignent d’impatience, se bousculent pour être au départ aux meilleures places, et une fois libérés par le président Knidiri, impossible de contenir leur enthousiasme. Un instant qui, sans aucun doute, restera une image forte de cet événement car les enfants sont, d’année en année, de plus en plus nombreux et c’est par centaine qu’ils courent dans Marrakech, tous fiers, très fiers même, mais surtout pas fatigués, d’avoir pu faire comme les grands ou leur parent. Une course finalement plus symbolique qu’officielle, qui a montré cette proximité, cette convivialité, cette sociabilité, cette universalité, et qui restera une image forte de cet événement placé sous le Haut Patronage de Sa Majesté le Roi Mohammed VI.

Course des enfants – photo D. ROUDY (c)

Une journée qui s’est terminée par une conférence de presse à l’hôtel de ville de Marrakech en présence des meilleurs « top runner » kenyans, éthiopiens, marocains ainsi que du Japonais Yuki Kawauchi, détenteur de 78 marathons sous les 2 h 20’ et vainqueur en 2018 des marathons de Boston et du nouveau Tapei.

La course des enfants – photo D. ROUDY (c)

13 000 coureurs au départ

Jamais les organisateurs n’avaient enregistré autant de participants : 13 000 pour ces deux épreuves : le marathon et le semi-marathon. Il fait encore nuit noire à

Les organisateurs Le Grand Atlas – photo Dominique ROUDY (c)

quelques centaines de mètres de La Mamounia, le palace de Marrakech, que, déjà, les membres de l’association le Grand Atlas font les cent pas pour donner une dernière touche à un événement qui, d’ici peu, à en croire Bassio Maniani, délégué technique de l’IAAF (instance internationale de l’athlétisme) « devrait intégrer la liste des marathons labellisés ». Le décorum est parfait, tout comme l’accueil des participants, les installations, notamment pour le public, et les partenaires sont ravis.

Toujours est-il qu’en ce dimanche qui entre dans le cadre de la campagne « journée sans voiture » à Marrakech, un peu plus de 4 000 marathoniens sont les premiers à s’élancer au petit matin, puis, une heure plus tard, les coureurs de fond seront suivis par près de 9 000 semi-marathoniens venus de plus d’une cinquantaine de pays des cinq continents, dont environ 4 000 de France.

Phénomène de société et des temps modernes, la pratique sportive est de plus en plus développée, soit en tant que licencié dans un club, soit en accès libre, et lorsque que l’on voit l’engouement qu’il y a pour participer au Marathon International de Marrakech on est content de constater que le sport puisse s’écrire en majuscule à l’heure ou, en France, cette activité vit quelques turbulences alors que les Jeux Olympiques à Paris en 2024 se profilent à l’horizon…

Voir aussi : https://www.prestige-et-sante.com/post/le-marathon-des-massages

Merci par avance de votre soutien :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous êtes déjà des milliers à nous lire. Rejoignez nous sur nos nouvelles pages et aimez-nous !