Une journée à Auvers-sur-Oise, prestigieuse cité d’artistes

La nouvelle et riche saison  culturelle 2017 est  lancée et donne l’occasion de venir dans  cette ville d’artistes où le charme imprègne chaque pierre et chaque nom de rue.  

Clocher de l’église Auvers

Cette année 2017 le zoom est mis sur un grand peintre français de paysages du XIXème siècle : Charles-François  DAUBIGNY.

Une escapade  d’une belle journée et même plus, permet de cheminer sur les traces de ce grand artiste trop méconnu, à travers différents lieux auversois. 

Ici,  à Auvers-sur-Oise,  on peut tout faire à pied et c’est une aubaine !

Le  bicentenaire de sa naissance 1817- 2017,  est justement l’occasion d’apprécier le talent de Charles-François Daubigny. Peintre et graveur, il bénéficiait en son temps d’une grande notoriété.  Il a même son buste  parmi les Illustres à l’Hôtel de Ville de Paris. Aujourd’hui celle-ci s’est amoindrie. Par son  art du paysage, il a pourtant  été associé aux artistes de l’Ecole de Barbizon. Admiré de Van Gogh, il est un précurseur de l’Impressionnisme.   

L’Atelier-Maison de Daubigny, un havre de paix

Chambre côté alcôve – Maison atelier
Chambre de Cécile motif chaperon rouge

Il  vivait durant  les beaux jours avec sa famille dans cette charmante maison de 200 m2 qu’il avait fait construire. Il y a séjourné durant 18 ans.

 Peintre prolixe, il  avait de nombreuses commandes d’État et vivait confortablement, dans une certaine aisance.                                                                                                                                                                                                                                                                                                                        La Maison  appartient toujours aux descendants de la famille de l’artiste et est encore  habitée par elle. Elle a reçu le label Maison d’illustres  et  se visite.  

Murs entièrement peints et décorés par son réseau d’amitiés artistiques : Camille Corot,   Honoré Daumier,  Oudinot l‘architecte de cette maison,  et même  Karl,  le jeune  fils de Charles-François qui manifeste déjà un certain talent.

 La chambre de  Cécile,  la fille de Daubigny,  entièrement peinte de motifs fleuris et contes enfantins,  constitue un ensemble plein de gaieté.

Détail chambre de Cécile

Ses amis peintres ont vite suggéré à l’artiste de décorer, dans la même veine,  les  pièces principales de la maison.

Ce qui fut fait  pour notre plus grand bonheur. Ne pas faire l’impasse sur cette visite enchanteresse.

 

Le Musée Daubigny, à quelques encablures

C’est la continuation de l’Atelier-Maison. Le Musée fête ses 30  printemps et pourrait être un futur Musée de France ?  Dons généreux de tableaux et objets  de la famille Daubigny. Même les rames de son bateau, le Botin, transformé en atelier pour pouvoir  mieux capter la lumière d’Ile de France et saisir les nuances de l’eau, sont  présentées. Emouvant.

Auvers Bateau Daubigny

La Maison du Docteur Gachet et son beautiful jardin

Propriété du Département du Val d’Oise, cette maison a autrefois abrité la famille Gachet et a servi de refuge à  des nombreux artistes séjournant à Auvers-sur- Oise.

Médecin homéopathe, adepte des médecines parallèles, spécialiste de la mélancolie,  sa thèse de médecine, peintre et graveur aussi à ses heures,   Gachet  était  un collectionneur averti. Sa  prestigieuse collection de peintures offerte  au Musée d’Orsay, y a été accueillie par le ministre André Malraux.

Le Docteur Gachet  faisait partie de Sociétés Savantes.  « La Société des Eclectiques » fondée par une cohorte d’artistes, a duré 30 ans.  Son leitmotiv : les Jeux littéraires,  bien avant la naissance de l’Oulipo.

Les cartons d’invitations aux  Dîners Éclectiques y sont exposés. Cette société savante se réunissait une fois par mois.  Ces  cartons d’invitations sont aujourd’hui des gravures  recherchées,   conservées par la Société du Vieux Montmartre et prêtées pour l’exposition  jusqu’au 25 juin 2017.

L’auberge Ravoux dite « Maison de Van Gogh »

Lieu étonnant et emblématique. Il a conservé le même aspect depuis la disparition de Vincent.  Elle est restée dans son jus. C’est là que Vincent  a passé ses derniers jours. Sa  chambre de bonne de 7m2 qu’il occupait au  numéro 5 sous les combles, se visite.

Grâce à l’entreprise courageuse  de  Dominique Janssens, homme d’affaires  belge visionnaire,  l’Auberge qu’il a pu racheter,  a été sauvée. Travaux titanesques entrepris dans le respect de ce  lieu de mémoire.  

C’est là, dans cette Auberge,   qu’il faut déjeuner ou diner,  sur réservation,  pour rester dans l’ambiance artistique de la ville,  autour d’une bonne table gourmande.

Geneviève Guihard

Carnet de visites

www.valdoise.fr

Tel: 01 30 36 81 27

contact@tourisme-auverssuroise.fr

Tel: 01 30 36 71 81

www.atelier-daubigny.com

www.maisondevangogh.fr

 

 

 

Merci par avance de votre soutien :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *