La vallée de Stubaï avec junior

Ici,  pas de Manhattan des glaces, mais des chalets qui se fondent avec harmonie au cadre naturel, aux pieds des sommets sculptés par le vent et le temps. Le Tyrol en Majesté. 

Stubai Tyrol/André Schönherr

Nous sommes au cœur de la vallée de Stubai, à une vingtaine de kilomètres d’Insbruck, la capitale tyrolienne. Une merveille de carte postale. Dans les piliers de forêts ou aux bords des lacs, rien ne manque, ni le silence, ni l’apaisant dégradé de vert. Ni la  preuve qu’on peut concilier tourisme, économie, environnement. Et paradis pour les enfants sans Disneyland. 

Stubai Tyrol/André Schönherr

Le vol en coucou à hélices de Vienne pour Insbruck, nous a  dévoilé des paysages conçus par le chef décorateur d’Heidi. La vallée de Stubai s’épanouit entre cimes, lacs d’altitude et parcs aménagés. Longue de 35 kilomètres, elle est encadrée de 80 glaciers et 109 sommets de plus de 3000 mètres. L’été, elle attire les adeptes de randonnée, d’escalade, de VTT, de parapente, de rafting, de kayak, de marche nordique, autant d’activités à réaliser en famille. 

Randonnée en famille

Avec junior nous avons vite posé nos valises au paisible village de Neustift, à « Happy Stubai », un quatre étoiles fleuri,  familial, convivial. Et d’entrée, composé avec le principe de réalité : la météo est versatile en montagne. Les éclairs, le tonnerre et la pluie ont salué notre arrivée en fin de journée ce début d’août. On en a profité pour découvrir nos hôtes, et  piquer un premier plongeon dans le lifestyle autrichien. Il était 18H30, l’heure d’ouverture du restaurant dont le service s’achèverait à 20h 30, sans mettre les clients dehors cependant. Dont acte. On nous a attribué notre table et place, elle ne devait pas changer pendant le séjour. Dont acte 2. Junior a eu le droit à un vrai festin pour enfants. Il a englouti sans ciller son hamburger, ses frites et sa glace, rassuré, on était dans un lieu qui le comprenait. Fatigués par une longue journée de voyage depuis Paris, et après avoir contemplé la beauté du paysage de notre terrasse, nous sommes tombés dans les bras de Morphée sans nous faire prier.

Retour à l’hôtel

Le lendemain matin, junior a découvert le buffet pantagruélique et dans la foulée observé que sous ces latitudes, les enfants comme les adultes apprécient beaucoup les saucisses et les œufs au petit déjeuner. Il a hésité entre 6 ou 7 jus proposés, la kyrielle de petits pains, bretzel et autres pâtisseries qui lui faisaient de l’oeil, zappé la charcuterie, les fromages, les fruits frais et secs, un banquet !! 

Le ciel était dégagé mais le fond de l’air  frisquet, un petit pull et hop nous voilà partis pour grimper en « gondolas » alias le téléphérique au sommet à 3000 mètres d’altitude. A l’abri dans notre cabine, nous allons quand même sentir de plus en plus la morsure du froid et nous résigner, glagla, on s’arrêtera avant le glacier, faute d’équipement suffisant, mais assez pour opérer un petit retour à l’âge de glace à 2900 mètres d’altitude à la station Elsgrat, pour le plus grand bonheur de junior. C’est la nouveauté 2019 de la vallée : un mammouth en bois de 6 mètres de haut sur 7 m de long s’offre en aire de jeux géante. Oup’s petite photo expédiée illico presto aux parigots qui crevaient de chaud.

On ne saurait cependant que trop vous recommander de poursuivre votre vol plané jusqu’à la plateforme du sommet, Top of Tyrol, perchée à 3170m d’altitude et à neuf mètres au-dessus d’une crête. Elle est classée par le magazine Géo comme l’une des plus spectaculaires du monde.

L’après-midi nous avons  décidé de rester au chaud et testé le complexe aquatique de Stubai avec ses multiples piscines dotées de lits à bulles et toboggan géant, compte tenu de la météo c’était bien entendu blindé de tribus en congés, on aura même  entendu parler français, peut être des Suisses, nombreux parmi les vacanciers.

La vallée de Stubai est très prisée par un tourisme international. Junior s’en est donné à cœur joie. Nous sommes rentrés à l’hôtel en mode très relaxe, et en nous rinçant l’œil sur ce cadre alpestre léché comme une page de magazine, comme si la Suisse avait épousé l’Alsace. Un peu lessivés par la trempette de l’après-midi, nous avons renoncé à la piscine de l’hôtel pourtant bien tentante, junior lui a préféré la salle de jeux, livrée aux enfants avec ses jeux de société, son ping pong, babyfoot et billard, un lieu squatté par tous les juniors de l’hôtel et très peu par leurs parents. Coolitude autrichienne ?

Le lendemain matin le soleil était au rendez-vous, idéal pour notre programme de randonnée. Direction la station Schlick 2000 à Fulpmes. Pour la montée en téléphérique, junior a vite pris le pli, et assuré par son premier mot en allemand » danke »,  il était même prêt à engager  la conversation avec les randonneurs, ce matin là ce seront des Belges adeptes du coin, « aussi beau que la Suisse et beaucoup moins cher ». Le décor alterne prairies d’alpages, espaces boisés et rivières torrentielles. Tout ça fleure bon  les chemins forestiers, nous allons suivre le mouvement à la descente du téléphérique après un petit tour à l’aire de jeux (on n’oublie jamais les enfants dans cette région).

« Le panorama est grandiose »

Le panorama est grandiose, l’air vivifiant, les touristes avenants, des tribus en poussettes et porte bébés entreprennent de descendre le versant, nous les suivons, nous les perdrons à un croisement, pour la jouer Robinson. Et en traquant les vaches  à la robe brun clair qui ont l’art d’exciter junior. Il s’est équipé d’un bâton, et en avant toute ! Nous allons, à ma grande sidération, car c’est une première, marcher 4 heures !

Les sentiers thématiques sont ponctués de panneaux informatifs sur la faune et la flore locales, mais en allemand. Qu’importe,  junior ne sait pas lire et je ne comprends pas la langue de Goethe, les concerts de cloche des vaches, les parapentes et la beauté alpestre feront  diversion, sans oublier bien sûr les aires de jeux à proximité des restaurants d’alpages où j’ai cru que junior allait manger, enfin, des légumes verts, mais « on n’est pas en France ».

Des lamas dans les alpages

Tous les prétextes sont bons, mais je n’aurai jamais entendu le redouté : « chui fatigué », sauf à la fin de la journée. Autant dire que de retour à l’hôtel, après s’être  engouffré direct à la salle de jeux, nous irons d’excellente humeur nous  taper la cloche dans notre restaurant gastronomique, où les voisins de table nous saluent. Pas si mal de garder sa place…

Le reste du séjour nous aura permis de profiter sous un grand ciel bleu au départ de Mieders, du Serlespark qui  offre outre le point de départ d’un impressionnant circuit en luge d’été, un  lac de rétention et trois plus petits bassins.

Déclinant les frissons sur la piste de luge d’été que nous avons survolée en téléphérique et qui l’a fasciné et un peu effrayé junior s’est amusé à barboter dans la cascade en créant un barrage, à faire une traversée sur un bassin en radeau avec d’autres enfants. En attendant de monter dans un petit train rouge flamboyant. Et hop nous sommes partis à l’assaut des pentes raides. Et à l’affût des cerfs repérés par junior sur…les panneaux.  A défaut des cerfs,  ce bain de forêt en tchou tchou, nous aura offert des panoramas à couper le souffle, et des vaches à foison en bordure des chemins. On  se croirait presqu’en  en Inde ! Moins d’une heure de balade et de contemplation et nous voilà à destination : tout le monde descend, pour visiter l’un des  monastères les plus haut d’Europe, une petite merveille, ce « Kloster Maria Waldrast », réputé pour ses eaux curatives où les plus courageux, prennent un bain de pied dans des eaux glacées.

Le Monastère

Les groupes de randonneurs viennent  se désaltérer à la fontaine ou siroter un cappuccino en contemplant les cimes. Il aura fallu rassurer junior effrayé par les trophées de chasse exposés sur les murs du restaurant, et qu’il pensait encore vivants ! Il aura un autre coup de cœur, devant un vrai traîneau en bois, persuadé cette fois qu’il a découvert celui du père Noël, j’aurai quelque peine à l’empêcher d’aller le saluer dans sa maison : « il fait la sieste dedans, viens on va le voir ». 

Le traîneau du Père-Noël

On peut dire que lors de ce séjour junior ne savait plus où donner de la tête et des pieds, car si on s’amuse, on marche et on se perd aussi avec bonheur. L’heure du retour nous aura pris de court…

Pratique :

Office du tourisme de la vallée de Stubai 
https://www.stubai.at/fr/ 


Hôtel Happy Stubai **** 
Wiesenweg 16
6167 Neustift im Stubaital (Autriche) 
+43 (0) 5226 2611

info@happystubai.com

www.happystubai.com

La Stubai Super Card : 

De mai à octobre,  les établissements hôteliers participants remettent gracieusement à leurs hôtes la Stubai card. Elle donne acccès à une multitude de privilèges et de réductions pour circuler , en bus ou télécabines, profiter des piscines municipales, entrer dans  les musées, les cinémas, le rafting, le mini golf etc. 

www.stubai.at/fr/activités/randonnées/stubai-super-card

Le grand programme BIG Family :

Le club d’été du BIG Family se divise en deux groupes. Des jeux dans les cabanes, des questionnaires sur les animaux sauvages, des visites au parc pour enfants Klaus Äueleou des promenades à poney attendent notamment les enfants de 5 ans et plus. Les jeunes et ados à partir de 10 ans explorent la vallée au cours d’activités et d’aventures. Ils résolvent des énigmes de geo-caching, fendent les airs en parapente biplace, dévalent les cours d’eau en rafting et escaladent les versants en via ferrata.

LE BIG FAMILY STUBAI EN BREF :

Programme d’été :       24.06 au 06.09.2019

Programme d’automne :      30.09 au 25.10.2019

Deux groupes aux activités adaptées :    + (5-9 ans) et 10+ (10-15 ans)

Hôtes des Premium Homes & établissements partenaires :  Participation gratuite

Prix journée pour les non-membres :     € 25,00, plus frais

Retrouvez toutes ces manifestations et bien d’autres sur le site :https://www.stubai.at/fr/calendrier-des-evenements/

Merci par avance de votre soutien :

Martine GUILCHER

JOURNALISTE PRINT ET WEB (Carte de presse n° 62050) Elle aime les doubles casquettes et les doubles expertises : 25 ans dans les domaines du Voyage, de l’Art de vivre et du Bien-être 10 ans dans le domaine de la psychologie, l’éducation et la consommation Elle aime surtout découvrir l’ici et l’ailleurs d’où sa spécialité dans le tourisme en France comme à l’étranger depuis un quart de siècle. Et ce n’est pas fini, après avoir multiplié les collaborations ; Femme actuelle, Notre Temps, Rebondir, Avantages, Grands Reportages, Télé Loisirs, France Soir etc, elle a été responsable pendant 9 ans de la rubrique « Carnets de Route » du Moci (Moniteur du Commerce International) et géré pendant 7 ans les rubriques Tendances Voyages du magazine Newzy, puis s’est expatriée au Maroc où elle a été responsable des pages « Tendance » Voyage, déco, gastronomie de l’hebdomadaire actuel. Depuis son retour, elle poursuit l’aventure avec Prestige ‘S , Gault&Millau et …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous êtes déjà des milliers à nous lire. Rejoignez nous sur nos nouvelles pages et aimez-nous !