Mais d’où vient la tradition de la chasse aux œufs ?

 

À Pâques, la chasse aux œufs permet d’amuser les enfants. Ils prennent plaisir à chercher les œufs en chocolat joliment décorés dans le jardin, mais à l’origine, il s’agissait de véritables œufs de poule. Cette tradition de la chasse remonterait au XVIIe siècle après que l’Église Catholique eut interdit la consommation d’œufs pendant le carême, mais la coutume d’offrir des œufs remonterait bien avant puisque dans de nombreuses cultures, l’œuf est symbole de vie et de renaissance. Voyons ensemble ces coutumes et traditions.

Une origine antique symbolisant la vie et la renaissance

Lorsque la nature sort de son sommeil hivernal, au printemps, c’est le moment de célébrer son éclosion et ainsi la vie et la renaissance. Pour les Perses et les Égyptiens, ils avaient l’habitude de décorer et teindre les œufs afin de se les offrir entre eux pour symboliser ce renouveau. Chez nos ancêtres les Gaulois, les druides peignaient les œufs en rouge pour rendre hommage au sommeil. Ainsi, c’est pour fêter l’arrivée du printemps que la coutume des œufs a commencé bien avant l’ère chrétienne à laquelle on l’attribue aujourd’hui. Pour les juifs, en plus d’être le symbole de la vie, l’œuf représente aussi la mort. Lors de la libération du peuple hébreu après des centaines d’années d’esclavagisme égyptien, de nombreuses âmes ont rejoint l’autre monde. Ainsi à Pessah, la pâque juive, les juifs trempent alors un œuf dans de l’eau salée pour se remémorer ceux ayant donné leur vie pendant la perte de leur indépendance et pour la retrouver.

 

Une coutume chrétienne qui perdure

Ainsi, avant l’ère chrétienne, de nombreux peuples célébraient la résurrection de la nature symbolisée par l’œuf qui est censé porter un germe de vie. Mais la coutume des œufs actuels à Pâques remonterait au XVIIe siècle selon les historiens, et cela a été confirmé par l’Église catholique suivant leurs archives. Les autorités religieuses ont banni toute consommation d’œufs pendant la période du carême, les 40 jours précédant Pâques, sans compter les dimanches. Mais malheureusement pendant toute cette période de jeûne, on ne pouvait pas empêcher les poules de pondre. On récoltait ainsi les œufs qui étaient à l’époque une denrée précieuse pour les conserver en vue de les consommer dès lors que la période d’interdiction était levée, c’est-à-dire à Pâques.

C’est sous le règne de Louis XIV que l’œuf de Pâques est devenu une véritable institution. Le monarque demandait à ses sujets de lui apporter le plus gros œuf pondu durant la semaine sainte. Et le jour de Pâques, c’était le roi en personne qui distribuait des œufs peints à la feuille d’or et entouré de grandes corbeilles à ses courtisans et à ses domestiques. Pendant la période pascale, la coutume veut que les cloches des églises ne sonnent pas entre le Jeudi saint et le dimanche de Pâques en signe de deuil – cela remonte au Moyen-Âge. On raconte ainsi aux enfants que les cloches sont parties à Rome afin d’y être bénies par le Pape et c’est lorsqu’elles reviennent de leur pèlerinage qu’elles disposent dans les jardins les œufs ramassés en chemin puis carillonnent.

Des animaux distribuant des œufs à Pâques

 

Photo Patricia Weber

Dans les pays protestants ou anglicans, ce ne sont pas les cloches qui déposent les œufs dans les jardins, mais un lapin. En fait, Pâques est une fête pleine de coutumes différentes et d’histoires. La tradition allemande veut que ce soit un lapin blanc invisible qui cache les œufs dans les jardins. En Alsace et aux États-Unis, il s’agirait plutôt d’un lièvre tandis qu’en Suisse, c’est un coucou, un renard en Westphalie et une cigogne en Thuringe. Ce serait plus logique que ce soit une poule qui distribue les œufs à Pâques, mais si on fait l’analogie avec la femme, c’est comme si elle abandonnait ses enfants. Sinon, le lapin avait déjà connu un tel succès qu’il a finalement été adopté un peu partout.

Les œufs en chocolat

Pour les œufs en chocolat, c’est vers le XVIIIe siècle que l’idée est venue d’en fabriquer. Les chocolatiers de l’époque ont eu l’idée de percer les œufs d’un côté pour en vider le contenu pour les remplir de chocolat. Ce ne sera que dans les années 1830 que le cacao se démocratise et que des chocolatiers inventent une pâte malléable à base de sucre, de beurre de cacao et de chocolat en poudre pour créer des formes d’œufs en chocolat grâce à des moules. Par la suite, d’autres sculptures en chocolat ont été inventées, comme le lapin, les cloches et même la poule – il fallait bien rendre hommage à celle qui est à l’origine des œufs ou pas ; on ne sait toujours pas qui est venu en premier de la poule ou de l’œuf ? Une question existentielle, dont la réponse reste un mystère. Cette nouvelle coutume des œufs en chocolat que l’on offre est d’origine commerciale comme le rappelle l’Église Catholique de France sur son site Internet.

La fête de Pâques en Europe

Si les œufs de Pâques restent la coutume la plus populaire en Europe, cette fête est également célébrée de nombreuses manières sur le vieux continent. En Italie par exemple, le dimanche pascal est célébré autour de la « Colomba », un gâteau prenant la forme d’une colombe symbole de bonnes nouvelles. En Espagne, on préfère la « Mona », une brioche dorée sur laquelle on pose des œufs avant de la faire cuire. Du côté des Anglo-saxons, c’est l’occasion pour les enfants de faire le tour du voisinage pour demander des friandises –  comme pour la fête d’Halloween.

Christine Jonemann

Directrice de Rédaction de prestiges.international. Elle aime la lecture, l'écriture, les voyages, le partage et les rires entre amis, sa famille et son chat. A publié des livres pour enfants. Est membre de la Société des Gens de Lettres. Secrétaire générale de l'AFJET Association Française des Journalistes et Ecrivains du Tourisme

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

error

Vous êtes déjà des milliers à nous lire. Rejoignez nous sur nos nouvelles pages et aimez-nous !