La mécanique du trait. Ou quand la main s’efface…

Du 2 Avril au 25 Juin 2022, le Grenier à Sel, à Avignon, présente le travail de recherche d’une douzaine d’artistes.

 

Très jeunes pour la plupart, ces artistes exposent leurs dessins, animations, et installations, à l’ombre bienveillante de 2 de leurs aînés parmi les plus illustres : Jean Tinguely et Véra Molnar.

 

 

 

 

Leurs œuvres sont des représentations cybernétiques de l’Art Génératif, appartenant aux Arts Numériques, cet art de générer qui utilise l’intelligence artificielle (IA).

En 2016, le plasticien chercheur en robotique Patrick Tresset, lors d’une conférence, elle-même intitulée « La mécanique du trait », posait la question de savoir dans quelle mesure le trait était, et resterait, une spécificité humaine ?

Nous développons de plus en plus avec nos ordinateurs une relation complexe, voire ambigüe vue sous certains angles.

 

Bastien FAUDON L’espace entre nous 2021 Film d’animation, son. Collection de l’artiste
Photo © Bastien Faudon

 

Des systèmes créatifs de plus en plus autonomes, liés à l’intelligence artificielle, nous interpellent sur notre perception de l’acte de création artistique et sur son geste.

Cette technologie de pointe, le numérique, introduit donc l’incarnation mécanique par l’intelligence artificielle et l’informatique cognitive, elle ouvre sur un nouvel univers artistique, celui de l’immatérialité.

Mario Klingemann, pionnier de l’Art Génératif, nomme son mouvement la « NEUROGRAPHIE »

(« Les Immatériaux » au Centre Georges Pompidou en 1985)

(« Images, de l’optique au numérique » 1988 livre de Edmond Couchot)

Les théories cybernétiques apparaissent en France dans les années 50 (sculpture spatiodynamique et cybernétique CYSP 1 de Nicolas Schöffer )

 

 

 

Mécaniques discursives Une installation de Fred Penelle et Yannick Jacquet 2019 Gravure sur bois, impression, vidéo, son. Collection Mécaniques Discursives Photo © Mécaniques Discursives

 

 

En 1979 nous assistons à la création du groupe Art et informatique de Vincennes (GAIV)

Ce n’est qu’en 1982/83 que s’ouvrira une formation à l’Art Numérique, l’ATI : arts et technologies de l’image. Cela témoignera d’une évolution comportementale majeure. En effet ce n’est plus tant l’ordinateur ou l’informatique qui est mis en valeur, mais enfin l’image, l’image artistique, et l’acte créatif qui nous y amène.

 

 


Christophe MONCHALIN Muted 2020 Installation en réalité virtuelle, 11 Collection de l’artiste
Photo © Christophe Monchalin 

 

De 1960 à 2000, une des caractéristiques principale associée à ce qui sera l’Art Numérique est sa NOUVEAUTE. « Le cadre même dans lequel nous pensions l’esthétique est en train de changer profondément » Levy 1994. Une nouveauté qui semble sans précédent depuis laRenaissance.

Avec l’expansion de la micro-informatique l’Art Numérique devient moins confidentiel, plus lisible et va atteindre le grand public.

 

 

L’Art contemporain est dominé aujourd’hui par le goût de la transgression plutôt que par l’appétence pour la nouveauté, la tradition du nouveau. C’est pourtant un nouvel espace jamais exploré qui s’offre aux artistes du XXIème siècle, espace ouvert par une Technologie en évolution constante et rapide, capable de dialoguer avec l’artiste et dont on en ignore les limites….

Ces technologies numériques bousculent le monde de l’Art dans ses certitudes.

Ces jeunes artistes plongent leurs racines dans l’Histoire de l’Art, celle de leurs pairs, les plus illustres comme les plus anciens, s’en nourrissent pour mieux s’en affranchir et pour être à leur tour visionnaires.

 

 

Stéphane LALLEMAND Baigneuses 1992 Série des Télécrans 19,7 x 24,1 x 4 cm Collection Frac Picardie, Hauts-deFrance, Amiens Photo © André Morin

 

Car l’Artiste est visionnaire, ou n’est pas.

Comme les humanistes de la Renaissance, les jeunes artistes d’aujourd’hui sont férus de Sciences Humaines, de Mathématiques, d’Astronomie, de Recherches Scientifiques…

Mais les fenêtres de leurs ateliers n’exigent plus une exposition au Nord, leurs supports sont maintenant des écrans, source de leur propre lumière. Des programmes ouvrent sur un nouvel infini, vertigineux, et sollicitent la participation active de l’intelligence artificielle.

 


Oscar MUNOZ Re / trato 2003 Projection vidéo, 28’ boucle. Courtesy Galerie Mor Charpentier, Paris
Photo © Tatiana Jimenez 

 

 

Nous sommes à l’ère numérique ou claviers et souris remplacent mortiers et pigments, même si les crayons et les pinceaux ont encore et toujours leur mot à dire dans cette exposition ! …Le dernier mot peut-être, devant lequel s’inclinerait encore pour l’instant le DEEP LEARNING !!!!

Ce trait semble être, pour l’instant, la seule limite possible à opposer à l’autonomie artistique de la

Bastien FAUDON
Armony 2 2018
Encre sur papier Arches
76,5 x 57 cm
Collection de l’artiste
Photo © Bastien Faudon

machine…

Le Grenier à Sel est un lieu culturel 100% privé grâce aux fonds de dotation EDIS, créé par Régis Roquette, Président-fondateur du Grenier à Sel. L’action de ce mécène philanthrope permet d’assurer la gratuité des expositions de pratiques artistiques émergentes.

Les artistes participant à l’exposition « La Mécanique du Trait » sont :

Jean Tinguely, Véra Molnar, Adrien M et Claire B, Bastien Faudon, Catharina Van EetveldeChristophe Monchalin, Dominique Castel, Marin Martini, Mécaniques Discursives, Oscar Munoz, Stéphane Lallemand, Tina et Charly.

 

PRATIQUE

Commissaire de l’exposition : Véronique Baton.

Contact presse : Pascal Scuotto.

Le grenier à Sel : 2 rue du Rempart St-Lazare Avignon.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

error

Vous êtes déjà des milliers à nous lire. Rejoignez nous sur nos nouvelles pages et aimez-nous !