Un cert « Ain » art de vivre

Photo de présentation :  Daniel GILLET / Ain tourisme

De Bourg en Bresse, à Divonne les Bains, de Bresse, en Dombes en passant par les montagnes du Jura, sans oublier le pays de Gex, voyage au cœur d’une  terre fertile et douce où ruissellent sources et rivières. Contrée de vallons ondoyants et d’étangs, les plaisirs de l’Ain se cueillent au gré de haltes  pleines de générosité et de diversité. Le bonheur de vivre s’enracine dans ce territoire où les hommes et les femmes ont su s’inventer un art de vivre discret et feutré. Au pays de Brillat Savarin, on cultive les délices golfiques autant que les parfums des vins et des tables gastronomiques. Le golf, le Bien être, le patrimoine, voici 3 bonnes raisons de découvrir l’Ain.

Gilles Brevet/ Ain tourisme
  • Les trous dans l’Ain 

Conscient que le golf reste encore attaché à la notion de luxe, elle-même associée à l’antithèse de l’égalité, le département de l’Ain propose l’offre la plus importante de la région Auvergne-Rhône-Alpes, assurant ainsi une formidable diversité de parcours, d’ambiance, de paysages et … de tarifs. Qu’on se le dise : les temps changent. Le golf autrefois statutaire et snobinard, s’est affranchi pour devenir plus fun, plus abordable et même bon pour la santé ! En effet, des études  scientifiques américaines (30 millions de golfeurs aux Etats-Unis)  assurent que la pratique du golf peut augmenter l’espérance de vie de 5 ans.

Golf, Divonnes-les-Bains, Pays de Gex, Daniel GILLET / Ain tourisme

Avec 16 golfs dont 4 Resorts, le département s’enorgueillit d’avoir 3 de ses domaines classés (par un guide spécialisé) parmi les 100 plus beaux de France ; Golfs du Gouverneur, de la Bresse et Domaine de Divonne). Avec son link 18 trous qui n’a pas été dessiné car il épouse  les dénivelés naturels de ce cadre de vie qui s’épanouit face au Mont-Blanc, Divonne séduit autant les voisins Suisses, que les Émiratis venus se ressourcer et se distraire à 15 kilomètres de Genève.

  • Le Bien-être

Aux portes de la Suisse et des montagnes du Jura, Divonne les Bains offre la quintessence de cet art de vivre discret et feutré que distille l’Ain. Dans cette station thermale plane le souvenir des curistes de la Belle Époque. La petite reine du Bien-être se partage entre son patrimoine thermal, son grand hôtel Art déco et son golf 18 trous qui se déploie face à la chaîne des Alpes. Elle est très prisée des émiratis aujourd’hui, comme elle le fut hier des têtes couronnées qui défilèrent durant l’âge d’or du thermalisme de 1888 à 1930.

Gilles Brevet/ Ain tourisme

Outre son climat toni-sédatif cette ville aux 30 sources profite aussi d’un hippodrome et de nombreuses activités toute l’année. De quoi distraire les Emiratis venus au frais plus pour jouer à la roulette au Casino que pour profiter des représentations données au théâtre à l’italienne. Qu’importe, à Divonne, chacun trouve chaussure à son pied. Qu’on soit arrivé stressé pour calmer son anxiété, ou pour retrouver le sommeil,  cette ville d’eau fait partie des rares spécialistes (3 en France) à traiter toutes les affections psycho somatiques. Elle a décroché en 2018, la double indication grâce à la rhumatologie.  De quoi contenter encore plus son monde.

Dans un genre beaucoup plus contemporain, le Resort de luxe (5*) Jivahill a bénéficié d’une récente rénovation pour s’agrandir et accueillir encore plus de familles émiratis. Aux portes de Divonne, ce Resort hôtel et Spa offre également un golf 18 trous. Son look très design se fond dans un green dessiné comme un tableau paysager. Un pur link écossais sur la terre de l’Ain. Et last but not least, la table gastronomique est arrosée par les vins du vignoble de Bugey, un vignoble méconnu, à tort.

Vins et tarte du Bugey/Gilles Brevet/ Ain tourisme
  • Le Patrimoine

Château de Voltaire à Ferney

Restauré en 2018, il a retrouvé sa couleur d’ origine, vieux rose. Cet ancien château fort, aux faux airs de maison de maître s’agrémente d’un grand parc arboré. Voltaire s’y installe à 64 ans. Le village de Ferney va dès lors devenir l’étape incontournable de l’élite éclairée du siècle des lumières. On y découvre tout un rez de chaussée reconstitué avec du vrai mobilier, ce qui explique l’absence des fauteuils Voltaire nés au 19ème siècle seulement !

Patrimoine, influence de Voltaire sur la ville de Ferney-Voltaire, Ain.

Voltaire y vit avec sa nièce, sa cadette de 18 ans, à qui il voue un amour non dissimulé. Mais Voltaire, un brin provocateur n’a pas attendu le 3eme âge pour choquer son entourage. Le philosophe s’est enrichi sur le dos de Paris, en repérant une faille dans le lancement de la loterie nationale. Il avait calculé  avec son ami et complice mathématicien Charle-Marie la Condamine qu’en rachetant tous les billets, ils décrocheraient un jackpot plus que conséquent. Leur tour fut découvert mais trop tard. Voltaire  empocha ses gains pour assurer son grand train de vie.

Patrimoine, influence de Voltaire sur la ville de Ferney-Voltaire, Daniel GILLET / Aintourisme

Cela dit le roublard n’était pas avare. Réputé pour son hospitalité, « l’aubergiste de l’Europe » fera aussi vivre tout son village en bâtissant plus de cent maisons, une église, une école, un hôpital… Ce qui lui fera dire : « Ce repaire de quarante sauvages est devenu une petite ville opulente, habitée par mille deux-cents personnes utiles ». Il reste aussi l’un des rares auteurs de son temps à avoir pu gagner un peu sa vie avec ses écrits. Homme de goût, de lettres, et de cœur il l’était aussi de paradoxes. Le cœur à gauche, mais le porte-feuille à droite, il n’hésitera pas à investir dans la Compagnie des Indes. De la peinture, l’homme de goût  aimait surtout ses cadres. Libre penseur, il combattra toute sa vie le fanatisme religieux ce qui lui vaudra l’exil en Suisse. Il mourra à 83 ans. On viendra en pèlerinage lui rendre hommage devant le tombeau qu’il avait fait construire dans son jardin.

Patrimoine, influence de Voltaire sur la ville de Ferney-Voltaire, Ain.

A l’époque les comédiens comme les écrivains n’avaient droit qu’à la fosse commune. Voltaire bien que célèbre, ne pouvait prétendre à l’absolution du clergé qu’il avait raillé toute sa vie. Il sera dans un premier temps enterré secrètement à l’abbaye de Scellière, par son neveu puis transféré après la révolution, en 1791 au Panthéon.

Pérouges

C’est la sortie dominicale par excellence des Lyonnais. La cité médiévale de Pérouges doit sa prospérité à ses foires du Moyen Age. Elle compte de nos jours 80 habitants ( bientôt 90 ), alors qu’au 19eme siècle le village  périclitait ne gardant que 17 habitants derrière ses doubles remparts.

Perouges/Gilles BREVET / Aintourisme

Edouard Herriot va  sauver  ce « plus beau village de France » entraînant dans son sillage le 1er comité de défense avec des Lyonnais. La première famille est toujours présente. Pérouges ne s’est pas statufiée en musée, elle compte seulement 2 résidences secondaires occupées 6 mois de l’année. Elle reste à 10 mn de la petite ville de Mexmieux où la gare conduit encore et toujours à Lyon. On y savoure sa fameuse galette vendue sur des volets médiévaux qui servaient déjà d’étals au Moyen âge. Pas de verrues sous ces latitudes, toutes les antennes et les fils électriques sont dissimulés. Un vrai décor de film de capes et d’épées qui sont d’ailleurs beaucoup tournés. La bourgade a gardé son plan urbanistique avec son église fortifiée, sa mairie  et 90 de ses maisons sont classées monuments historiques. Sa place centrale et son arbre de la liberté au cœur et point culminant du village, ses rues pavées, ses fenêtres à meneaux, et son hostellerie ouverte toute l’année, ont reçu, la visite  de Bill Clinton en 1996 pour le G7 à Lyon. La mairie de Pérouges a été prévenue seulement 3 jours avant : effroi ! Mais Pérouges lui doit les flots de touristes américains et japonais, qui désertent quelques heures leur bateau de croisière à Lyon. Mieux vaut éviter le dimanche si vous n’aimez pas les foules.

Perouges/Gilles BREVET / Aintourisme

Le Monastère Royal de Brou 

On doit le Taj Mahal français à une maîtresse femme : Marguerite d Autriche qui fit construire l’oeuvre de sa vie en hommage à son défunt mari. Philibert II de Savoie meurt à 24 ans. Il restera le seul des 3 époux  imposés qu’elle aima.

tombeau de Philibert C.Poux/Ain Tourisme

Il faut dire que pour le 1er prétendant elle n’avait que 3 ans ! Elle mettra les moyens et les hommes pour créer cette église flanquée de trois prieurés, en dentelle de pierre et d’albâtre. Ils seront entre 200 à 400 ouvriers à travailler chaque jour. Marguerite mourra avant de voir le monument achevé.

Monastère royal de Brou/Gilles BREVET / Ain tourisme

Elle règnera en gardant pour objectif premier et ultime d’éviter les guerres. Et privilégiera une diplomatie d’alliances ce qui n’empêchera pas hélas les conflits. Cette féministe avant la lettre, doublée d’une femme de goût possédait une fabuleuse collection de 200 œuvres d’art à Malines au Pays Bas, sa ville natale. Les visiteurs peuvent depuis juin 2018 découvrir une nouvelle aile  du Monastère aussi ludique qu’immersive.

Monastère royal de Brou/Aline PERIER / Aintourisme

Domaine des Planons – Musée de la Bresse : un incontournable du département pour qui veut découvrir les traditions culinaires de la Bresse,  les secrets d’élevage de volailles fines de Bresse et du roulage des futures championnes des prochaines « Glorieuses de Bresse », concours de volaille et manifestation phare du du 13 au 17 décembre.

Gilles Brevet/Ain Tourisme

Pratique

Se Renseigner :

www.ain-tourisme.com

Côté Golf et tables :

www.domainedivonne.com/fr/ ,

www.golf-lasorelle.com,

www.domainedugouverneur.fr,

www.golflacommanderie.com

www.divonnelesbains.com/fr/

Où dormir, se régaler, profiter d’un golf et d’un SPA :

Le Jiva Hill Resort***** www.jivahill.com

A voir :

www.chateau-ferney-voltaire.fr

Pérouges  http://www.perouges.org

Merci par avance de votre soutien :

Martine GUILCHER

JOURNALISTE PRINT ET WEB (Carte de presse n° 62050) Elle aime les doubles casquettes et les doubles expertises : 25 ans dans les domaines du Voyage, de l’Art de vivre et du Bien-être 10 ans dans le domaine de la psychologie, l’éducation et la consommation Elle aime surtout découvrir l’ici et l’ailleurs d’où sa spécialité dans le tourisme en France comme à l’étranger depuis un quart de siècle. Et ce n’est pas fini, après avoir multiplié les collaborations ; Femme actuelle, Notre Temps, Rebondir, Avantages, Grands Reportages, Télé Loisirs, France Soir etc, elle a été responsable pendant 9 ans de la rubrique « Carnets de Route » du Moci (Moniteur du Commerce International) et géré pendant 7 ans les rubriques Tendances Voyages du magazine Newzy, puis s’est expatriée au Maroc où elle a été responsable des pages « Tendance » Voyage, déco, gastronomie de l’hebdomadaire actuel. Depuis son retour, elle poursuit l’aventure avec Prestige ‘S , Gault&Millau et …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous êtes déjà des milliers à nous lire. Rejoignez nous sur nos nouvelles pages et aimez-nous !