Les jardins d’Epicure, à deux pas de Giverny

Table réputée, hôtel relooké, bain de chlorophylle et dans la piscine, chabadabada … Cap sur les nouveaux « Jardins d’Epicure « pour une escapade romantique à une encablure de Giverny.

MAGU-045-01.jpg epicureBâtie en 1850 par le général d ’Empire « Guillaume, Jean-Mary Edouard Le Pays de Bourjouilly de Sermaise (ouf !) cette demeure est l’archétype des auberges comme on les aime. L’histoire, la table et le service en plus. Il plane un parfum de nostalgie, d’élégance quand on pousse la porte du lobby. Dans la plus pure tradition des gentilhommières remises au goût du jour par la maîtresse de maison, Marie Dupuy a su lui offrir un visage contemporain sans dénaturer le corps du bâti. Avec son salon cosy et son bar accueillant, elle a ajouté sa touche sobre et raffinée tout en respectant l’esprit d’un patrimoine que l’ancien propriétaire et créateur de l’hôtel s’était attaché à sauvegarder. Et en reconstituant l’ensemble du domaine qui avait été parcellé. L’hôtel lui doit la  création de la verrière-terrasse-piscine qui fut gagnée sur le parc et élevée dans le respect des matériaux et de l’architecture qui l’avait vu naître. Mais c’est au général d’Empire qu’il doit les écuries, dotées au rez-de-chaussée d’une poulinière et au premier étage des chambres du personnel aujourd’hui converties en chambres d’hôtel.

La verrière son restaurant et sa piscine © Les Jardins d’Epicure

Le parc a conservé son tracé à l’exception du parking où se trouvait le potager lui-même déplacé un peu plus au Sud sur l’ancienne prairie à moutons. La Bergerie et le reste du terrain verront bientôt de nouveaux aménagements pour distraire les hôtes en toutes saisons. En attendant des vélos sont à disposition pour explorer le village et ses alentours qui profitent d’une voie verte.

Un véritable hôtel de charme © Les Jardins d’Epicure

C’est peu dire qu’on se sent d’emblée dépaysé. L’effet est particulièrement saisissant de l’autre côté de la rivière l’Epte où trône « La Villa Florentine », une grande maison de pierre dite de Saint Maximin. Sans doute la plus ancienne villa de Bray et Lû, construite aux environ de 1650 et appartenant à la famille Brossard, gentilshommes verriers fournisseurs des cours royales, descendant de Charles de France Comte de Valois. Cette maison qui s’appelait « Le Pont » raconte en partie l’histoire de la région. Charles Ferdinand de Brossard, Seigneur de Runneval, garde du corps du frère de Louis XVI, maire de Bray pendant 52 ans finança la construction du Pont sur l’Epte vers 1790. Plus récemment, le 11 mai 1918 Cécile Simone Antonile, fille du poète Paul Eluard, y voyait le jour. En 1939/45 ce fut le siège de la Kommandantur. Elle sert aujourd’hui d’annexe à l’hôtel.

MAGU-045-09Côté cuisine, le cadre enchanteur du restaurant éveille d’emblée les papilles. Et ça tombe bien, car attendez vous à un véritable feu d’artifices créatif. Sous une immense verrière, les tables disposées autour de la piscine ont vue sur le parc et son paon. Cette mise en bouche est déjà un régal. Au rythme des saisons, le nouveau  Chef  Aymeric Hénon, ex protégé du Chef étoilé Alain Montigny, sacré Meilleur Ouvrier de France en 2004, et son équipe  font des merveilles pour votre ligne avec une gastronomie raffinée, subtile et diététique. Spécialités du terroir, poisson, cuisine du monde, chacun y puise son bonheur dans une atmosphère chic sans snobisme. Et dans  l’esprit  d’un jardin…épicurien.

Renseignements:

Les Jardins d’Epicure
16 Grande Rue, 95710 Bray-et-Lû
tél : 01 34 67 75 87
www.lesjardinsdepicure.com

Merci par avance de votre soutien :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous êtes déjà des milliers à nous lire. Rejoignez nous sur nos nouvelles pages et aimez-nous !