Belfort et le FIMU : Tout pour la musique !


A l’heure où les destinations cherchent à se diversifier pour mieux se concurrencer, Belfort cultive une pépite 100% gratuite : Le FIMU (Festival International des Musiques Universitaires).

Il n’y a pas que les façades colorées pour ensoleiller le quotidien des Belfortains il y a aussi le pouvoir du tourisme musical. Et, contrairement aux idées reçues, il ne se limite pas aux fameuses Eurockéennes qui font battre le cœur de toute la région en juillet.

 

Les façades colorées de Belfort – © Cécile Ringenbach

 Jean Pierre Chevènement, l’ex maire de Belfort qui initia une politique de colorisation des maisons du centre-ville, fut aussi l’initiateur du Fimu, il y a déjà 32 ans. L’homme avait bien compris l’intérêt du  patrimoine musical, car si la musique adoucit les mœurs elle arrondit aussi les finances publiques. A la fois vecteur d’animation, de promotion, de développement et d’aménagement touristique, les manifestations populaires liées à la musique constituent, de l’avis des spécialistes des locomotives au niveau international tout en restant des rendez-vous festifs préparés et organisés par les autochtones.

 

Jean-Luc DEMESY – OMG Mamy Victory

 Le FIMU ou Festival International de Musique Universitaire en est une belle illustration. Il a pour vocation  côté autorités d’attirer le public au-delà de la ville et côté artistes d’être un tremplin pour des amateurs  talentueux. Au fil du temps les étudiants se sont un peu effacés devant les musiciens confirmés sans être professionnels. Durant 4 jours à l’occasion du week end de Pentecôte la ville se transforme donc en méga vitrine de plus ou moins jeunes pousses venus du monde entier et de toutes sortes d’horizons musicaux, et met un instrument à l’honneur : le violon pour 2018. Et c’est l’une des spécificités de ce festival qui n’affiche pas une seule couleur musicale, mais au moins quatre genres musicaux.  L’édition qui  s’est tenue du Vendredi 18 au Lundi 21 Mai, a comptabilisé  plus de 1800 musiciens, venus d’une quarantaine de pays pour jouer autant du jazz que du classique,  ou encore du rock. On a ainsi pu découvrir dans la cathédrale une chorale chorégraphiée biélorusse, des rockeurs japonais au pied de la citadelle, et des musiciens jazzy new yorkais, ou encore des Italiens jouant de la musique Celte ! Au total ce sont pas moins de 300 bénévoles et une équipe de 20 personnes qui ont orchestré ce véritable melting potes !

 

Fimu – ©BENOIT GREBAUX

Cette fête de la musique qui se joue habituellement sans tête d’affiche, en avait prévu une cette année en la personne de Didier Lockwood, hélas décédé peu avant le festival. Ce qui n’aura pas empêché ses musiciens de lui rendre un très bel hommage ovationné  par le public. La musique aura donc coulé à flots comme la bière sur les scènes installées au centre-ville, au pied de la citadelle de Vauban et du célèbrissime lion de Bartholdi,

 

M.Rousseau(c)face au lion de Bartholdi

comme sur les places sans oublier la cathédrale, le théâtre de granit et le très joli ancien manège militaire converti en salle des fêtes et très emblématique de la métamorphose de cette ancienne ville de garnison. Jean Pierre Chevènement voulait une manifestation d’étudiants ancrée sur le territoire de Belfort. Le coup d’essai s’est avéré un coup de maître dès la première année grâce au bouche à oreille qui depuis n’a pas démérité. Résultat, il faut prévoir de partager la fiesta avec quand même 100 000 visiteurs sur les quatre jours. Ambiance Trans générationnelle et bon enfant garanties, d’autant plus que des ateliers pour les petits sont aussi proposées afin que papa et maman puissent profiter de la musique à gogo !

La Photo de présentation est de Jean-Luc-DEMESY

Pratique :

Où dormir :

Au Grand Hotel du Tonneau d’Or : Pour le charme suranné de ce 4* classé, très bien situé au centre ville.

www.tonneaudor.fr 

A découvrir en dehors de la musique :

Le jeu Safari des lions 

-Belfort Tourisme et la ville de Belfort ont créé cette visite guidée pendant laquelle vous partirez à la rechercher de 150 lions dispersés dans la ville. 

-L’Escape Game La Clé du Bastion 

Le jeu se déroule dans la Tour 27, une tour bastionnée, classée monument historique. Cette activité ludique plonge un petit groupe d’aventuriers dans une atmosphère riche en suspens et émotions. Votre équipe doit résoudre une énigme dans un temps réglementé, isolée dans un espace de jeu à explorer. Utilisez votre logique, votre esprit d’équipe, et votre imagination dans l’atelier de Bartholdi. www.lacledubastion.com

-Visite de la Citadelle en réalité augmentée, pour voyager dans le temps et parce que c’est gratuit. Ou si vous le  souhaitez,  utilisez votre smartphone en vous connectant directement au wi-fi de la citadelle et streamez l’expérience sans avoir à télécharger d’application.

 

Se renseigner :

www.bourgognefranchecomté.com

www.belfort-tourisme.com

 

 

 

Merci par avance de votre soutien :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *