Gdansk, ville d’Histoire et de culture


La ville de Gdansk, en Pologne, est marquée par une histoire millénaire. C’est ici que, le 1er septembre 1939, la Seconde Guerre mondiale a commencé. En 1945, la ville a eu à subir les affres de l’armée rouge. 
Plusieurs décennies plus tard, en 1980, les grèves des chantiers navals de Gdansk, avec à leur tête l’emblématique Lech Walesa, furent le point d’origine de la chute du mur de Berlin, neuf ans plus tard.

©B.CHARTON

 

La forterresse teutonique de Malbork ©B.CHARTON

Mais Gdansk est aussi une ville portuaire qui borde la Baltique. Elle est surnommée la perle de la Baltique ou la Porte d’Or de la Pologne. Ce fut l’une des villes hanséatiques les plus prospères et les plus puissantes de la Baltique. Les chevaliers Teutoniques y sont restés pendant plusieurs siècles. Leur siège, que l’on peut visiter aujourd’hui, se situe à Malbork. La ville de Gdansk est, après Cracovie, la ville polonaise la plus riche en patrimoine culturel et historique.

Gdansk ©B.CHARTON

Les visiteurs pourront se perdre dans les petites ruelles médiévales, comme la célèbre rue Mariacka pavée de carreaux de granit que surplombent des perrons richement ornés. Le cœur de la ville, Glowne Miasto, est le plus riche en monuments, avec la rue du Long Marché et ses superbes maisons bourgeoises, les portes Haute, Dorée, Verte, la fontaine de Neptune, la Basilique Notre-Dame, le Grand Arsenal et l’Eglise Mariacki.

Ne manquez pas l’hôtel de ville, datant du 14ème siècle, et qui abrite le musée Historique de Gdansk ainsi que la maison d’Artus dans laquelle les riches marchands du 15ème siècle festoyaient. En bord de canal, l’emblématique grue, datant du moyen-âge, a encore fière allure.

Le Centre Européen de Solidarité, avec près de 2 000 souvenirs, relate l’aventure du syndicat Solidarnosc avec ses grèves, ses drames et la liberté retrouvée du peuple polonais. C’est ici, sur la presqu’île de Westerplatte, que le premier septembre 1939, fut déclenchée une attaque allemande contre les installations militaires polonaises, c’est à cet endroit qu’a commencé  la Seconde Guerre Mondiale.

©B.CHARTON

 

Le nouveau musée sur la Seconde Guerre mondiale

Nous avons été invités à l’inauguration de l’un des plus grand musée en Europe sur la Seconde Guerre mondiale.

Gigantisme serait sans doute le mot le plus approprié pour définir ce nouveau musée. En effet, sur un espace total de 23 000 m2, 6 000 m2 sont dévolus à l’exposition permanente et à l’exposition temporaire. D’une manière moderne, il doit présenter la Seconde Guerre mondiale aussi bien dans la perspective de la grande politique de l’époque qu’avant tout sous l’angle du vécu des gens ordinaires. L’exposition doit présenter non seulement le sort des Polonais mais également les destinées des autres peuples. Le musée devra remplir un rôle de centre culturel, historique, scientifique et éducatif. Il a été construit sur une zone qui avait été complètement détruite par les russes en 1945.

 

 Le visiteur sera agréablement surpris par les dimensions des salles et notamment par la hauteur de plafond qui par endroit atteint plus de 10 mètres. Certaines salles mettent en scène les combats de 1945 avec notamment un char russe T-34 dans des décombres de bâtiments, impressionnant.

©B.CHARTON

Un wagon de train, exposé dans une salle, qui emmenait les juifs dans les camps de concentration permet aux visiteurs d’appréhender l’horreur de l’holocauste.

 

Musée de la Seconde Guerre mondiale ©B.CHARTON

Avec ses 2 500 objets d’époque et artefacts et 1 500 pages numérisés le musée couvre un spectre historique important depuis le début du 20ème siècle jusqu’à l’histoire contemporaine.

L’un des principaux but du musée, très complémentaire aux musées que l’on peut trouver en Europe de l’Ouest, est de montrer au monde le ressenti de la guerre pour la Pologne et les autres pays de l’Europe centrale et de l’est. Deux axes importants sont mis en avant au sein de la scénographie : d’une part une vision globale de la Seconde Guerre mondiale en Europe et d’autre part l’expérience polonaise dans le contexte européen, plus largement dans l’histoire du 20eme siècle.

 

 

©B.CHARTON

Quelques salles sont consacrées au conflit dans le pacifique dont une avec une réplique, grandeur nature, de la bombe atomique larguée au Japon. C’est une visite que l’on ne peut que conseiller, à la fois pour son architecture atypique et pour son contenu riche et varié.

 

Ne manquez pas la ville balnéaire de Sopot qui jouxte Gdansk. Avec son front de mer pittoresque, sa jetée de 512 mètres de long, ses plages et ses maisons anciennes, Sopot a un charme certain et mérite le détour. Il serait dommage, par ailleurs, de ne pas se rendre au château de Malbork ou Marienbourg, ancien quartier-général des chevaliers teutoniques, distant d’une soixantaine de km de Gdansk. Inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO, le château reconstruit à l’identique après 1945 est sans doute la plus grande forteresse en brique d’Europe. Son état de conservation en fait un plaisir pour les yeux.

 

 

La ville de Gdansk est, cette année, arrivée à la 3ème place sur le podium de l’European Best Destinations 2017, parmi  un choix de 174 destinations. (Cette récompense est délivrée par European Best Destination, un organisme européen basé à Bruxelles et qui a pour mission depuis 2009 de promouvoir et développer le tourisme en Europe).

Nous ne pouvons qu’inciter le plus grand nombre à venir découvrir la ville d’histoire qu’est Gdansk et son superbe nouveau musée sur la Seconde Guerre mondiale.

 

Guide pratique :

Office de tourisme : www.pologne.travel/fr/, www.visitmalbork.pl, www.muzeum1939.pl

Visit Malbork – Visit Malbork

La forterresse teutonique de Malbork (c)B.CHARTON

www.visitmalbork.pl

Centrum Informacji Turystycznej ul. Kościuszki 54 tel. +48 55 647 47 47 fax +48 55 647 14 31 e-mail: cit[@]visitmalbork.pl Urząd Miasta Malborka

Comment y aller: Cie aérienne polish ailines LOT,  www.lot.com

Bibliographie :

 Guide de Voyage : Le Routard, Lonely Planet, Le Petit Futé, Guide Vert

 Livres : Les Mythes de la Seconde Guerre mondiale T2 (Ed. Perrin, sorti septembre 2017), Erich von Manstein. Mémoires ( Ed. Tempus, sorti le 24 août 2017), Les armes de la Seconde Guerre mondiale (Ed Acropole), Tout sur Mein Kampf (Ed. Perrin, 2017), Tous les secrets du IIème Reich (Ed. Perrin, 2017), Airborne 44 (Ed. Casterman BD), Dunkerque (Ed. Delcourt BD), Space Reich T2 (Ed. Soleil BD),Wunderwaffen (Ed. Soleil BD), la série Opération Overlord (Ed. Glénat)

 

Une mention spéciale aux Souvenirs de Guderian (Ed. Perrin, juin 2017)

Ce livre permet d’appréhender d’une part les tactiques militaires employées sur le terrain mais aussi les grandes opérations sur le front de l’est. Pourfendeur de l’armée française en mai 1940, Heinz Guderian est aussi un nazi exemplaire et ambitieux, le théoricien puis le praticien de la Blitzkrieg d’Hitler. Voici ses Mémoires, indisponibles depuis près de 50 ans, présentées et contextualisées par le meilleur spécialiste de l’homme, Benoit Lemay.  Heinz Guderian est l’un des généraux d’Hitler les plus célèbres. Il est considéré par de nombreux spécialistes comme le père fondateur de l’arme blindée allemande et comme un virtuose de la guerre de mouvement. Figure emblématique des succès de la Wehrmacht des premières années de la Deuxième Guerre mondiale, tout aussi habile manœuvrier sur le champ de bataille que prodigieusement doué pour l’organisation des forces blindées, Guderian reste comme l’une des incarnations du génie opérationnel engendré par le militarisme germano-prussien. La narration vivante de ses campagnes militaires, entrecoupée de descriptions détaillées des paysages et d’anecdotes, de citations et de répliques savoureuses, offre une lecture intéressante.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *