Rhodes: une île unique, l’île des Chevaliers

Rhodes est l’une des plus grandes îles grecques. Sa situation géographique, proche des côtes turques, au sud-ouest de la Turquie, la tient éloignée de la Grèce continentale  et fait qu’elle n’est pas encore très connue des touristes français. Et pourtant Rhodes mérite le détour et ce à plus d’un titre. Grâce à la compagnie aérienne Transavia qui ouvre des vols directs Paris-Rhodes depuis ce printemps, il devient beaucoup plus facile de venir sur l’île.

 

Rhodes la cité fortifiée des chevaliers                                                                                                                                                                    

Rhodes a un passé historique et culturel riche, de nombreux sites doriens, grecs, romains et byzantins en sont la preuve. Rhodes c’est aussi une nature et une côte sauvage, de belles plages et une gastronomie riche et variée. Elle fait partie du Dodécanèse qui regroupe douze îles principales.

 

Les couleurs de l’île de Rhodes

Les Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem

La ville de Rhodes, qui a le même nom que l’île, est unique en Grèce. En effet inscrite au Patrimoine Mondial de l’Unesco, la ville de Rhodes est surnommée la ville des Chevaliers.  Liée à l’histoire des Croisades, la ville de Rhodes s’est fortifiée avec l’arrivée des chevaliers Hospitaliers qui avaient du fuir la Terre Sainte avec la chute de Saint-Jean d’Acre en 1291.

 

Rhodes la cité fortifiée des chevaliers

 

Installés tout d’abord à Chypre, les hospitaliers colonisent l’île à partir de 1307. Ils vont y rester pendant plus de deux siècles. En 1522, après un siège de cinq mois dirigé par Soliman le Magnifique, les Hospitaliers capitulent et partent définitivement de Rhodes.

Le port de Rhodes

Ils vont fortifier la ville et s’adapter au progrès des engins de siège. On retrouve ainsi des fortifications uniques à la fois par leur état

de conservation et par leur architecture. Longues de quatre kilomètres, les murailles entourent la vieille ville. On peut en faire le tour sur le chemin de ronde. Je conseille à ceux qui en ont le temps et le courage de faire le tour de la ville en marchant dans les douves. Nous marchons ainsi dans les pas de ces chevaliers qui ont défendu pendant des siècles la chrétienté. Tout au long des remparts, plus de 150 écussons des Grands Maîtres et chevaliers y sont sculptés. Les trois pièces maîtresses de la visite de la ville sont la rue des Chevaliers, le Palais des Grands Maîtres et le musée archéologique installé dans l’ancien hôpital des Chevaliers. Le Palais des Grands Maîtres est une formidable forteresse au sein des remparts; l’ultime refuge en cas d’invasion de la villes. Dix-neuf Grands Maîtres y séjournèrent. La visite du musée archéologique installé dans l’ancien hôpital des Chevaliers est incontournable. La cour de l’hôpital est en effet un petit bijoux architectural. Enfin la rue des chevaliers est une succession d’auberges datant du XIVe siècle. Il faut entendre par auberge le lieu de réunion des chevaliers organisées par langues. On peut visiter l’Auberge de France où se trouve le consul honoraire de France.

 

La rue des chevaliers

Ensuite il ne vous reste plus qu’à mettre votre carte dans la poche et de vous perdre dans les petites ruelles médiévales pleines de charme. Il peut être également intéressant de faire un petit tour en bateau afin d’admirer la cité depuis la mer.

Le site de Lindos

Rhodes était connue pendant l’antiquité pour avoir sur l’île l’une des sept merveilles du monde; le colosse de Rhodes. Sur de nombreux livres et cartes postales, le colosse apparaît enjambant l’entrée du port.

Lors de recherches archéologiques plus récentes, il semblerait que le colosse se trouvait à l’emplacement actuel du Palais des Grands Maîtres. Il disparût lors d’un tremblement de terre. Le site naturel de Lindos est sans doute l’un des plus beaux de l’île. Perché au sommet d’une colline de 125m, l’Acropole d’Athéna est entourée de remparts médiévaux datant du XIIIe siècle.

 

 

Lindos

Ce serait ici que Saint-Paul aurait débarqué. Ce sanctuaire d’Athéna était l’un des sites les plus sacrés de l’antiquité. Alexandre le Grand, Hélène de Troie, Héraclès y seraient venus en pèlerinage. Aujourd’hui de nombreuses boutiques, en bas de la colline permettent aux accros du shopping de se réjouir. La vue depuis les remparts est superbe. Deux belles plages de part et d’autre du site, les plages de Lindos et de Saint-Paul, vous attendent pour un bain bien mérité.

 

A proximité de Lindos des superbes criques

En 1912, l’Italie s’empare de Rhodes qui appartenait alors à l’Empire Ottoman. On leur doit de nombreuses restaurations archéologiques ainsi que de nombreux bâtiments. En 1948, Rhodes redevient officiellement partie intégrante de la Grèce. Ce sont les italiens qui reconstruiront le Palais des Grands Maîtres et réhabiliteront le site de Kameiros.

De belles surprises

Ne ratez pas la visite du musée de l’abeille qui a été une très belle surprise. A faire pour les petits et les grands. A Rhodes, le cinéma interactif 9D présente l’histoire de Rhodes de façon ludique et pertinente. Pour les amateurs de windsurf ou de kitesurf rendez-vous tout au sud de l’île à la presqu’île de Prasonisi.

 

 

C’est ici que la mer Egée et la mer méditerranée se rencontrent. Une large langue de sable permet en été d’accéder à la presqu’île. La cité dorienne de Kameiros datant du Xe siècle avant J.-C. est surnommée la Pompéi grecque. Son orientation en amphithéâtre face à la mer lui donne un charme certain. Plus au sud la forteresse de Monolithos, imprenable, trône au sommet d’un imposant rocher. Le point de vue depuis le sommet du château vaut le déplacement. Au pied de la forteresse la petite plage de Fourni vous invite à la farniente et à la baignade.

Nous ne pouvons qu’inciter le plus grand nombre à venir découvrir l’île du dieu solaire Hélios. Nous remercions l’office de tourisme grecque, Transavia et la mairie de Rhodes pour l’aide qu’ils ont apporté à la réalisation de ce reportage.

 

Guide Pratique:

L’Office Nationale Hellénique du Tourisme :  www.visitgreece.gr

S’y rendre

Transavia : La ligne Paris-Rhodes est opérée à raison de 2 vols par semaine, le jeudi et le dimanche, aÌ partir de 69 € TTC l’aller simple, depuis le 21 avril 2019 et jusqu’au 3 novembre 2019, www.transavia.fr

Transavia, la compagnie low-cost du groupe Air France-KLM, opère plus de 100 lignes aériennes au départ de la France (Orly, Nantes et Lyon) et des Pays-Bas (Amsterdam, Rotterdam, Eindhoven et Groningen) à destination de l’Europe et du bassin méditerranéen. Transavia a transporté 15,8 millions de passagers en 2018.

 Transavia

Transavia France poursuit sa forte croissance avec 7 millions de passagers transportés en 2018 en augmentation de 20%. Transavia France est aujourd’hui la première compagnie low-cost au départ d’Orly et la deuxième au départ de Paris (Beauvais, Roissy, Orly). Pour la seconde année consécutive Transavia France a obtenu le label Meilleure Enseigne décerné par le magazine Capital, catégorie Transports. La compagnie a également reçu le trophée Qualiweb 2019 pour sa qualité de services en ligne dans la catégorie Tourisme et Transport. Enfin, Skyscanner lui a décerné le Traveller Trust Award valorisant les meilleures expériences de réservation.

Où se loger : Hôtel Atrium Platinium, dans la même chaîne : l’Atrium Prestige avec sa belle plage et ses piscines fabuleuses. Si vous passez par la Crète arrêtez-vous à l’Aldemar Royale Mare Hotel

Bibliographie:

Guide : Rhodes le petit futé, Rhodes le guide Vert, Îles grecques Guide Voir.

Livre : Être chrétien au Moyen Âge (Ed. Perrin), Histoire du Moyen Âge (Ed. Perrin), Jean sans Terre (Ed. Perrin), La Dernière Croisade (Ed. Perrin), La trilogie des Templiers (Ed.Bragelonne), Histoire des Croisades (Ed. Perrin), Histoire du Monde (Ed Perrin), Les 1001 batailles qui ont changé le cours de l’histoire (Flammarion), Histoire du Moyen Âge (Perrin)

BD :   Aliénor Int t4-t6 ( Ed. Delcourt), La Croix Sanglante t1 Guerre Sainte (Ed. Delcourt), Jour J Tout l’or de Constantinople (Ed. Delcourt), Constance d’Antioche la princesse rebelle t1 (Ed. Delcourt), Les Reines de sang Jeanne (Ed. Delcourt), Révolutions 1356 (Ed. Soleil), Saladin (Ed. Glénat)

Soliman le Magnifique (Ed.Glénat)

À sa mort en 1566, cela fait plus de 15 ans que les rumeurs courent en Europe : le Turc est très mal. Soliman, le Sultan qui a su si bien étendre l’empire déjà puissant des Ottomans depuis son avènement en 1520, fascinait par le faste de sa cour, sa puissance et ses richesses au point que les princes européens le surnommaient le Magnifique. Ses ennemis reconnaissaient l’ordre et la justice qu’il faisait régner dans ses états grâce à l’instauration du kanun, un code civil, qui lui valut le surnom de Législateur en Orient. Les dernières années de son si long règne, furent celles de la mise en chantier d’Istanbul, de la rivalité avec la Perse, mais aussi et surtout du règlement de la question dynastique ; n’hésitant pas à sacrifier ses enfants sur l’autel de cet empire dont il était le symbole et le seul détenteur légitime du pouvoir de par la volonté de Dieu.

Clotilde Bruneau et Esteban Mathieu, guidés par l’historien Julien Loiseau, nous font découvrir la nature et la complexité du pouvoir ottoman au XVIe siècle par le biais d’un récit enluminé par Cristian Pacurariu.

 

 
 

 
 
 
Merci par avance de votre soutien :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous êtes déjà des milliers à nous lire. Rejoignez nous sur nos nouvelles pages et aimez-nous !