Un patrimoine insoupçonné en cœur de Mayenne

La route des joyaux patrimoniaux mayennais passe aussi par les petits villages d’Olivet et de Port-Brillet

La Mayenne, département discret voire secret, recèle des trésors patrimoniaux uniques, nichés dans de petits villages, souvent ignorés des grandes routes touristiques.

Deux joyaux cachés et préservés retiennent l’attention. Lieux témoins de l’histoire, ils perpétuent leur mémoire et font connaître aux visiteurs leur riche histoire qui a connu ses heures de gloire au 12ème pour l’un et au 20ème siècle pour l’autre.

L’Abbaye Notre-Dame de Clairmont, un lieu inspirant

A 10 km de Laval, proche du village d’Olivet, en pleine nature où abondent forêts et étangs, l’abbaye de Clairmont (Clarus Montus : le mont clair) propose un étonnant voyage à remonter le temps.

Cette abbaye cistercienne du 12 siècle conçue selon un plan précis, le mème pour toutes les abbayes de l’Ordre. En partie détériorée, elle garde encore l’atmosphère austère de grande spiritualité voulue par les cisterciens, le dépouillement de la décoration et la culture de anonymat des artistes et artisans qui ont œuvré à son édification

Voulue par Bernard de Clairvaux fondateur de l’Ordre lors de son passage en ces lieux prêchant la deuxième croisade, appuyé par la dynastie des Barons Guy de Laval qui souhaitait une sépulture, cette abbaye d’hommes remaniée au 17ème siècle, est la 63ème maison-fille de Clairvaux.

Abbatiale nef et cloître (DR)

Elle a souffert des éloignements et agissements des abbés commendataires puis des méfaits la Révolution. La vie monastique s’achève alors et les derniers religieux sont chassés en 1792.

Elle a servi ensuite de prison pour des frères réfractaires, puis résidence secondaire d’un industriel de Laval et enfin transformée en fermes agricoles. L’église abbatiale servant de granges. Le bâtiment des Convers d’étable, d’écurie et cave à cidre.

Abbatiale charpente clocher

En 1936, se rendant en Bretagne, passant en train devant l’abbaye, (toujours visible sur la ligne de chemin de fer TER de Laval à Rennes), Mesdemoiselles Hélène Blanchot et Suzanne Denis, deux artistes des Beaux Arts de Paris, ont aperçu un insolite clocher en bois qui pointait son « i majuscule» à l’horizon. «  Le clocher m’a fait signe » déclare l’une d’elle. L’abbaye était sauvée. La procédure d’achat lancée. Leur ténacité, leur pugnacité à acquérir ce bien patrimonial historique à s’investir dans sa sauvegarde et sa restauration est une autre histoire à raconter.

Classée Monument historique pour une partie de l’église abbatiale, (remarquable charpente du 17ème), la totalité du bâtiment des Convers 12ème siècle dont le réfectoire constitue la plus ancienne pièce de l’abbaye. L’élégante porterie du 12ème siècle, rare exemple d’une bâtisse portière restée entièrement dans son jus, a été classée plus tardivement.

Bâtiment des convers (DR)

Un vivier, une pêcherie, un immense étang complètent ce lieu enchanteur.

Aujourd’hui, malgré 70 ans de restauration, il reste beaucoup à accomplir. Consolider les couvertures, menuiseries extérieures et intérieures, restitution de parties disparues pour une restauration en conservation.

abbatiale vitraux

Malgré les outrages du temps, Melle Blanchot faisait remarquer que tout ce qui tient encore debout est du 12ème siècle !

L’Association « Les amis de Clairvaux », actuellement 220 membres adhérents, a transféré la propriété à un Fonds de Dotation à but non lucratif, pérenne, créé spécifiquement.

Elle se bat auprès des institutions publiques et lance un appel au mécénat pour des aides financières, organise des visites commentées, fêtes médiévales dans l’esprit de l’histoire du lieu. Et pour un classement homogène du site.

Les dynasties de Maîtres de Forge à Port-Brillet

Ancienne fonderie créée au 17ème siècle, elle a traversé les siècles et eu ses heures de gloire durant tout le 20ème siècle. Son activité s’est assoupie puis arrêtée fin 2011. Le site est aujourd’hui à l’abandon et attend son repreneur.

Porterie (DR)

Devenue friche industrielle, elle laisse 7,5 hectares inoccupés.

Au fil du temps les bâtiments des forges se détériorent ou s’écroulent. Mais le maire, Fabien Robin, combatif et dynamique, a pour ambition de s’appuyer sur le passé de sa commune pour y construire un avenir.

Usine Port Brillet

Souvent on manque d’hectares couverts pour des activités économiques ou touristiques. Multiples projets d’affectation des immenses salles vides qui ont vu naître les poêles de chauffage Chappée, firme emblématique, mais aussi les obus de la guerre de 14/18, grilles d’arbres, plaques d’égouts, chaudrons, clous et serrures, sans oublier les bacs d’orangerie du Château de Versailles.

Le kiosque Port-Brillet

Une production de haute valeur ajoutée, à partir du fer généreux, du sable abondant et des immenses forêts permettant la fabrication du charbon de bois, combustible bon marché, indispensable pour les hauts fourneaux actionnant les forges, voraces en énergie de charbon.

Même si les marteaux de forge ont disparu, certaines bâtiments ont encore une structure saine, même pour une utilisation industrielle.

Un élégant kiosque à armature métallique, vestige de l’Exposition universelle de 1889, sauvé de la destruction par l’industriel fondeur Armand Chappée, a servi autrefois de local syndical. En procédure de classement il va être déplacé proche de la mairie, volonté du premier magistrat de la commune.

Abbaye de Clairvaux et Fonderie de Port-Brillet : deux initiatives patrimoniales enthousiasmantes qui font espérer des jours meilleurs pour les zones rurales.

Abbaye de Clairmont Olivet

53940 Le Genest Saint Isle

www.abbaye-de-clairmont.com

Association des amis de Clairmont

amisdeclairmont@gmail.com

Tel : 02 43 02 11 96

Fonderie de Port-Brillet

www.port-brillet.fr

Merci par avance de votre soutien :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *